Méditerranée

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Ellipse de mer Méditerranée, du latin mediterraneus (« au milieu des terres »). Cette appellation n’est apparue en latin qu’au VIIe siècle (voir citation ci-dessous).

Nom propre [modifier]

Le détroit de Gibraltar et la Méditerranée vue depuis un satellite
Image satellite de la Méditerranée

Méditerranée \me.di.tɛ.ʁa.ne\ féminin singulier

  1. (Par ellipse) Mer intracontinentale située entre l’Afrique, l’Asie et l’Europe, qui débouche sur l’océan Atlantique par le détroit de Gibraltar, sur la mer Noire par le détroit du Bosphore et sur la mer Rouge par le canal de Suez.
    • L’industrie tire encore des fils pour tissus du fond des mers dont le plus remarquable est le tissu fabriqué à l’aide du « byssus » d’un coquillage appelé « Pinna » et qui se rencontre dans la Méditerranée. — (D. de Prat, Nouveau Manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Toulon, en réalité, n’appartient, en propre, à aucune de nos provinces, c’est le Brest de la Méditerranée, à moins que Brest ne soit le Toulon de l’Océan. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Comment, recevant l’eau d’une quantité énorme de fleuves, la Méditerranée ne déborde pas ?
      La Providence a prévu cette catastrophe et a mis des éponges dans la mer.
      — (Alphonse Allais)
    • […] les Sarrazins qui s’étaient assurés de la maîtrise de la Méditerranée, avaient provoqué la ruine du commerce français et il faudra attendre jusqu’aux Croisades pour voir la marine française reconquérir la libre circulation sur la mer. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • On conçoit aisément l’énormité de la tâche si l'on songe au nombre de populations qui ont pu depuis le Néogène être progressivement insularisées chorologiquement et surtout écologiquement autour de la Méditerranée. — (Archives de zoologie expérimentale et générale, vol. 117, n° 3 à 4, CNRS, 1976, p. 524)
    • C’est à partir de la Méditerranée que les Grecs entreprirent de coloniser la côte ouest de l’Asie Mineure, mille ans avant l’ère chrétienne, ou s’établir sur la côte de Cyrénaïque et le delta du Nil, en Sicile et en Italie du Sud (Grande-Grèce). — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 162)
    • Enfin, la Méditerranée a été dénommée de façons diverses au cours du temps : Mare internum était le nom que lui donnait Pline l’Ancien, alors que c’est Mare nostrum que l’on trouve chez Jules César. La première attestation du nom (Mare) Mediterraneum apparaît chez Isidore de Séville (VIIe siècle) et il ne s’est répandu que par le latin médiéval. — (Henriette Walter, Minus, lapsus et mordicus : nous parlons tous latin sans le savoir, Robert Laffont, Paris, 2014, p. 164)
Le sud de l’empire français. Le département de Méditerranée est situé au centre de la carte
  1. (Histoire) Ancien département français d’Italie ayant existé de 1808 à 1814 et dont le chef-lieu était Livourne.

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Hyponymes[modifier]

Méronymes[modifier]

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]