Mercure

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : mercure, Mèrcure

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Mythologie) Du latin Mercurius, dieu des marchands, venant de merx, marchandise.
(Astronomie) Du nom du dieu.

Nom propre 1[modifier | modifier le wikicode]

Statue de Mercure.

Mercure /mɛʁ.kyʁ/ masculin singulier

  1. (Mythologie romaine)Dieu romain du commerce et des voleurs, messager des dieux.
    • Mercure, dieu du commerce, de l'éloquence et des voleurs, protecteur des voyageurs et des routes, Mercure, directeur incontesté des mercuriales, conduit ma voiture. Autrement, comment expliquer que mon apparition dans les villes du Midi coïncide presque toujours avec les dates des foires ou des marchés? (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité -1931)
    • Alors un sous-officier, garçon boucher et Parisien, prit le rôle du Mercure à baguette noire, celui qui conduit les morts, et appela de noble voix : « La famille ! » Aussitôt quelques téléphonistes mettent les casques à la main et s'avancent avec des airs d'héritiers. Mercure continue : « Messieurs les membres de la confrérie des P.C.D.F. (Pauvres couillons du front). (Alain, Souvenirs de guerre, p.217, Hartmann, 1937)
    • « Je demande votre pardon. Nous continuerons plus tard.
      — Mais où vont-ils, par Jupiter ?
      — Je ne sais pas, par Mercure ! Ils nous laissent tomber en plein combat. Ça ne se fait pas, ça.»
      (René Goscinny, Astérix chez les Bretons, 1966, p. 6)
    • « Du vin ! J’veux encore du vin, par Mercure !
      — Tu as assez bu, et c’est l’heure de fermer. Il faut payer. »
      (René Goscinny, Le Cadeau de César, 1974, p. 8)

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Nom propre 2[modifier | modifier le wikicode]

La planète Mercure.

Mercure /mɛʁ.kyʁ/ masculin ou féminin (l’usage hésite), singulier

  1. (Astronomie) Planète du système solaire, la plus proche du Soleil.
    • Le mystère des perturbations de l’orbite de Mercure n'a finalement été élucidé qu'avec la théorie de la relativité générale proposée par Albert Einstein au début du XXème siècle. Cette théorie prédisait justement des écarts orbitaux qui ont été confirmés par Arthur Eddington en 1919. (Barry Williams (traduit par Claude Lafleur), L'astrologie confrontée aux progrès de l'astronomie, dans Le Québec sceptique, n°24, p.41, décembre 1992)
Note[modifier | modifier le wikicode]
Le genre féminin provient de l’ellipse de planète Mercure.

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Hyperonymes[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

  Planètes principales Suivi
de Vénus