Tartare

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : tartare

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Vers 1250) Emprunté au latin médiéval Tartarus (« Tartare, Mongol »), altération, d’après Tartarus (« lieu des Enfers ») (cf. grec ancien Τάρταρος, Tártaros), d’un mot turco-mongol tatar (« habitant du Nord de la Chine »), introduit en Europe à l’époque de Gengis Khan.

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Invariable
Tartare
\taʁ.taʁ\

Tartare \taʁ.taʁ\ masculin

  1. (Mythologie) Endroit des Enfers dans la mythologie grecque.
    • Les champs Élysées et le Tartare sont deux parties des Enfers.

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
Tartare Tartares
\taʁ.taʁ\

Tartare \taʁ.taʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Géographie) (Vieilli) Habitant de la Tartarie. On dit désormais plutôt Tatare.
    • Défiez-vous de ces cosmopolites qui vont chercher loin dans leurs livres des devoirs qu’ils dédaignent de remplir autour d’eux. Tel philosophe aime les Tartares, pour être dispensé d’aimer ses voisins. — (Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’éducation, Livre premier)
    • On a démêlé la différence des races sous la confusion de cette dénomination de Tartares […] Quoi qu’il en soit, M. Rémusat voulait qu’on se gardât de substituer par une pédanterie malavisée à ce mot de Tartare celui de Tatar qui ne s’applique qu’à une petite partie de ces populations, et ne peut sans confusion s’étendre à une masse si considérable de tribus distinctes ; tandis que le nom de Tartare établi par l’usage, n’étant celui d’aucune d’elles en particulier, peut sans inconvénient servir à les désigner collectivement. — (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d’Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, tome 8, 1832)
    • […] la Société secrète du Lotus Bleu pousse à la suppression de la natte, emblème de l’asservissement des Chinois aux Tartares Mandchous. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. IV, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
Note[modifier le wikicode]
Ce mot est un gentilé : il désigne les habitants d’un lieu, les personnes qui en sont originaires ou qui le représentent (par exemple, les membres d’une équipe sportive).

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]