Tartare

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : tartare

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Vers 1250) Emprunté au latin médiéval Tartarus « Tartare, Mongol », altération, d’après Tartarus « lieu des Enfers » (cf. grec ancien Τάρταρος), d’un mot turco-mongol tatar « habitant du Nord de la Chine », introduit en Europe à l’époque de Gengis Khan.

Nom commun 1[modifier | modifier le wikicode]

Invariable
Tartare
/taʁ.taʁ/

Tartare /taʁ.taʁ/ masculin

  1. (Mythologie) Endroit des Enfers dans la mythologie grecque.
    • Les champs Élysées et le Tartare sont deux parties des Enfers.

Nom commun 2[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
Tartare Tartares
/taʁ.taʁ/

Tartare /taʁ.taʁ/ masculin et féminin identiques

  1. (Géographie) (Vieilli) Habitant de la Tartarie. On dit désormais plutôt Tatare.
    • Défiez-vous de ces cosmopolites qui vont chercher loin dans leurs livres des devoirs qu’ils dédaignent de remplir autour d'eux. Tel philosophe aime les Tartares, pour être dispensé d’aimer ses voisins. (Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’éducation, Livre premier)
    • On a démêlé la différence des races sous la confusion de cette dénomination de Tartares […] Quoi qu’il en soit, M. Rémusat voulait qu’on se gardât de substituer par une pédanterie malavisée à ce mot de Tartare celui de Tatar qui ne s’applique qu’à une petite partie de ces populations, et ne peut sans confusion s’étendre à une masse si considérable de tribus distinctes ; tandis que le nom de Tartare établi par l’usage, n’étant celui d’aucune d’elles en particulier, peut sans inconvénient servir à les désigner collectivement. (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d’Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
    • […] la Société secrète du Lotus Bleu pousse à la suppression de la natte, emblème de l’asservissement des Chinois aux Tartares Mandchous. (Jules Verne, Claudius Bombarnac, Hetzel, 1892, chap.4)

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]