angelus

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : angélus, àngelus, ángelus

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Du latin angelus (« ange »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Invariable
angelus
\ɑ̃.ʒe.lys\

angelus \ɑ̃.ʒe.lys\ masculin

  1. (Religion) Variante orthographique de angélus.
    • Un tapage de ruche ou de ruisseau, dès qu’elles sont seulement cinq ou six à travailler, — puis quand midi sonne, le silence !…
      Les doigts s’arrêtent, les lèvres bougent, on dit la courte prière de l’Angelus. Quand celle qui l’a dit a fini, tous répondent mélancoliquement :
      Amen ! et les carreaux se remettent à bavarder… — (Jules Vallès, L’Enfant, G. Charpentier, 1889)
    • La mince veilleuse remonta dans l’air avec un bruit de chaîne. Bientôt retentit sur le pavé un saut régulier de sabots que suivait un frôlement de corde traînant, et la maigre cloche jeta l’Angelus du soir à travers les brumes grandissantes. — (Guy de Maupassant, Histoire d’une fille de ferme, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 117)
    • Comme l’angelus sonnait, le soleil s’étant depuis un moment déjà mussé derrière les nuages rouges du Mont de la Bouloie, Mimile, […], rassembla ses vaches et ses bœufs […]. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)

Prononciation[modifier le wikicode]

Latin[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du grec ancien ἄγγελος, ángelos.

Nom commun [modifier le wikicode]

Cas Singulier Pluriel
Nominatif angelus angelī
Vocatif angele angelī
Accusatif angelum angelōs
Génitif angelī angelōrum
Datif angelō angelīs
Ablatif angelō angelīs
Angelus (2)

angelus \ˈan.ɡe.lus\ masculin

  1. Messager.
  2. Ange.
    • Angelus Domini nuntiavit ad Mariam…
      L’ange du Seigneur annonça à Marie…

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • « angelus », dans Félix GaffiotDictionnaire latin français, Hachette, 1934 (page 125)