antéchrist

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin Antichristus issu du grec ancien Ἀντίχριστος, Antíkhristos. Une altération datant du XIIe siècle[1] a transformé le préfixe anti- (« contre ») en anté- (« avant »)[2]. Le néologisme antichrist est promu par certains théologiens pour résoudre ce problème d’étymologie.
(ca. 1130) antecrist.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
antéchrist antéchrists
\ɑ̃.te.kʁist\

antéchrist \ɑ̃.te.kʁist\ masculin

  1. (Christianisme) (En particulier) Imposteur qui cherchera à établir une religion opposée à celle de Jésus-Christ, et qui viendra à la fin des temps.
    • Tout incident de persécution empruntait à la mythologie de l’Antéchrist quelque chose de son carac­tère effroyablement dramatique ; au lieu d'être apprécié en raison de son importance matérielle, […], il était un élément de la guerre engagée par Satan, prince de ce monde, qui allait bientôt révéler son Antéchrist. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chapitre VI, La moralité de la violence, 1908, page 261)
  2. (Figuré) Celui qui est opposé à Jésus-Christ, qui est l’ennemi de Jésus-Christ.
    • Pour les cléricaux, M. Combes, le « petit père » comme on l’appela, figura pendant longtemps l’antéchrist. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
  3. (Figuré) Ennemi juré.
    • Les pompidoliens soutiennent d’abord l’éphémère candidature du Premier ministre, Pierre Messmer, qui expédie les affaires courantes. Mais ce contre-feu fait long feu. Messmer renonce. Les pompidoliens vont alors favoriser l’homme qui a fait tomber le général en 1969, l’antéchrist du gaullisme : Valéry Giscard d’Estaing. — (Michel Taubmann, Le fils perdu de la République, Éditions du Moment, 2015, chapitre 6)

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, éd. Le Robert, 1998, p. 750.
  2. Le Petit Robert, Dictionnaires Le Robert, 2003 - ISBN 2-85036-948-9 ; Le nouveau Petit Robert, 2008.