araméen

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : Araméen

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

→ voir Araméen

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin araméen
\a.ʁa.me.ɛ̃\
araméens
\a.ʁa.me.ɛ̃\
Féminin araméenne
\a.ʁa.me.ɛn\
araméennes
\a.ʁa.me.ɛn\

araméen \a.ʁa.me.ɛ̃\

  1. Relatif au peuple d’Aram.
    • Il parlait avec force gesticulations, dans le langage araméen du pays, mais dûment émaillé de mots grecs, surtout pour les termes militaires. — (Amin Maalouf, Les Jardins de lumière, 1991, Le Livre de Poche, page 50)

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

araméen \a.ʁa.me.ɛ̃\ masculin singulier

  1. (Linguistique) Groupe de dialectes sémitiques parlés, principalement durant l'Antiquité, en Syrie, en Palestine, dans la Haute-Mésopotamie et jusqu'en Égypte.
    • L'araméen est encore parlé de nos jours en Irak, en Iran, dans le Caucase et dans quelques villages de Syrie.
    • L’accusation exigea alors à grands cris qu’on présentât l’affaire en araméen étant donné, sans doute, que la situation n’avait pas été suffisamment éclaircie en un grec qui, après tout, n’était qu’une langue païenne. — (Anthony Burgess, Le Royaume des mécréants, traduit par Robert Pépin, Grasset (Livre de Poche), 1986, page 560)
    • Il parlait un araméen fort approximatif, coiffant la plupart des syllabes de l’accent erroné, comme tant de croyants qui se font un devoir d’apprendre la langue liturgique mais n’ont guère l’occasion d’en user dans les échanges quotidiens. Lorsqu’un mot lui faisait défaut, il le remplaçait par son équivalent grec, avec aisance, persuadé que chacune des personnes présentes le comprenait. — (Amin Maalouf, Les Jardins de lumière, 1991, Le Livre de Poche, page 114)
    • Tandis qu’un banquier néoplatonicien régnait sur Florence, le jeune comte de Concordia, Pic de la Mirandole (1463-1494), s’initiait à l’hébreu, à l’araméen et se faisait traduire par l’énigmatique Flavius Mithridate, juif sicilien […] — (Chaim Wirszubski, Pic de la Mirandole et la cabale, traduction de Jean-Marc Mandosio, Paris & Tel-Aviv, Éditions de l’Éclat, 2007)


Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Paronymes[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]