avoir le diable au corps

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Locution verbale [modifier le wikicode]

avoir le diable au corps \a.vwaʁ lə djɑ.bl‿o kɔʁ\ (se conjugue → voir la conjugaison de avoir)

  1. Être méchant ou furieux.
    • Non, ce Valentin n'était vraiment pas un saint. Démon des monts de Vénus, cette gueule d'ange avait le diable au corps. Tous les matins, il partait en chasse le nez au vent, cherchant à flairer la bonne fortune. — (Christine Pierre Kaufmann, St. Valentin à tous les étages, dans Savez-vous parler le warff ? Editions Joseph Ouaknine, 2001, p. 89)
    • Il querelle et bat tout le monde, il a le diable au corps.
  2. Montrer beaucoup d’activité, de verve, de vivacité ou d’entrain.
    • Elle, elle a le même âge, vingt-six ans, et le diable au corps. Elle s'appelle Jacky Richardson. C'est une Anglaise. Au physique, on lui donnerait le bon Dieu sans confession : blonde, menue, ravissante, toujours souriante, douce, affable, l'eau qui dort et ne se ride jamais. En réalité, Jacky ne manque pas d'appétit. Et en amour, c'est une gloutonne. — (Pierre Bellemare & Jacques Antoine, Le Temple de l'Amour, dans Les Dossiers d'Interpol 2, Éditions n° 1, 1979)
    • Roland avait, depuis le berceau, ce que nos grands-mères appelaient le diable au corps, ce que nous appellerions nous la bougeotte névrotique, un besoin viscéral de se frotter à tous les interdits, […]. — ('Francis Renaud, Justice pour le juge Renaud : Victime du gang des lyonnais ?, Éditions du Rocher, 2011, chap. 8)
    • (Par ellipse)À l'école, elle a appris essentiellement à monter aux arbres, à se rouler avec les garçons dans les blés chauds. La voilà avec un certificat d'études, le diable au corps et des yeux à faire damner un M.R.P. lorsque intervient un joli lieutenant. — (Simone Berriau, dans Françoise Giroud vous présente le Tout-Paris, Éditions Gallimard, 1953)
    • (Par ellipse)Marie Maignan ne marche jamais tranquillement, elle va, court, vole, la folie en tête et le diable au corps. Elle a toujours un bout de chanson au bord des lèvres, […]. — (Michel Jeury, Le jeune amour, Éditions Robert Laffont, 2006, chap. 7)

Voir aussi[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]