balancelle

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Croisement des mots génois bänsa (« balance ») et paransella, ce dernier étant issu du napolitain paranzello (« navire de pêche »), lui-même du napolitain paranza (« grosse barque à voiles (naviguant par paires) »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
balancelle balancelles
\ba.lɑ̃.sɛl\
Balancelle de jardin

balancelle \ba.lɑ̃.sɛl\ féminin

  1. (Marine) Sorte d’embarcation pointue des deux bouts et munie d’un mât unique à voile triangulaire et d'avirons, autrefois très en usage dans la Méditerranée.
    • Ce matin-là, la petite créole n’a pas pu se lever. Comme une balancelle mahonnaise prise dans les glaces du Nord, le froid l’étreint, la paralyse. — (Alphonse Daudet, Le miroir, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 227-228.)
    • Je le vois au début propriétaire de deux cargos […] avec lesquels il fait le transport et le commerce des oranges des Baléares. C’est la première concurrence sérieuse faite aux balancelles barcelonaises. — (Jean Giono, , Chroniques, Noé, 1947, page 205)
    • Enfin, vers midi, une balancelle, montée par des corailleurs espagnols, aperçut nos signaux et la fumée de nos feux ; elle s’approcha et nous jeta un sac de biscuits de mer, du pain et du tabac, puis cingla vers Oran pour annoncer notre naufrage. — (Frédéric Zurcher et Élie-Philippe Margollé, Les Naufrages célèbres, Hachette, Paris, 1873, 3e édition, 1877, p. 252)
  2. Plateau muni d'un crochet sur lequel on place les objets à transporter.
    • Pour gagner le wharf, nous prenons place à cinq ou six dans une sorte de balancelle qu’on suspend par un crochet à une élingue, et qu’une grue soulève et dirige à travers les airs, au-dessus des flots, vers une vaste barque, où le treuil la laisse lourdement choir. — (André Gide, Voyage au Congo, 1927, p. 686)
  3. Plateau mobile généralement sur transporteur auquel on fixe des pièces à peindre au pistolet, des émaux à cuire, etc. — (Clément Duval, ‎Raymonde Duval, ‎Roger Dolique, Dictionnaire de la chimie et de ses applications, Presses scientifiques internationales, 1959 (2e édition))
  4. (Mobilier) Siège de jardin, à plusieurs places, avec généralement un toit en tissu et des coussins assortis, mobile comme une balançoire. (ROB. Suppl. 1970)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]