barbarie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : barbarié, Barbarie

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(1495) Mot composé de barbare et -ie → voir Barbarie, « pays des barbares ».

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
barbarie barbaries
/baʁ.ba.ʁi/

barbarie /baʁ.ba.ʁi/ féminin

  1. Manque de civilisation, ignorance des arts, des lettres et des sciences chez un peuple.
    • La prévention du pays, jointe à l'orgueil de la nation, nous fait oublier que la raison est de tous les climats, et que l'on pense juste partout où il y a des hommes. Nous n'aimerions pas à être traités ainsi de ceux que nous appelons barbares ; et s'il y a en nous quelque barbarie, elle consiste à être épouvantés de voir d'autres peuples raisonner comme nous. (La Bruyère, Les Caractères, 1688)
    • Mais il était poète aussi, et la poésie, à cette époque d'absolutisme et de barbarie, était chose dangereuse lorsqu'on avait l'esprit aussi caustique que Thierrat ; […]. (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
    • À la différence de la bête, l'homme est capable de se dénaturer, de renverser le cours naturel des choses, pour le meilleur – la culture – ou pour le pire – la barbarie. (Olivia Gazalé, Je t'aime à la philo, Robert Laffont, Paris, 2012, p. 63)
    • L’état de barbarie.
    • Les siècles de barbarie.
    • La barbarie était grande en ce temps-là.
    • Les ténèbres de la barbarie.
    • Un peuple qui sort à peine de la barbarie.
    • Vivre dans un temps de barbarie.
    • Être plongé dans la barbarie.
    • Barbarie de langage, de style, se dit des façons de parler grossières et impropres.
  2. Cruauté, inhumanité.
    • Les ennemis acharnés qui combattent les uns contre les autres avec tous les raffinements de la barbarie ne demandent et n’accordent pas de quartier. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
    • Les barbares ne sont pas nécessairement des gens courageux : ce qui leur donne de l’audace est la passivité tremblante et soumise de ceux qui sont en face d’eux.
      Je dirais même que la passivité tremblante et soumise crée des vocations de barbares et constitue une incitation à la barbarie.
      (Guy Millière, La passivité est une incitation à la barbarie, 21 avril 2009)
  3. Acte barbare.
    • Vous avez vu parmi ces barbaries ridicules les barbaries sanglantes des guerres de religion. (Voltaire, Essai sur les mœurs, 1756)
    • Commettre une barbarie, un acte inhumain.
    • Tant de barbaries l’avaient rendu odieux à ses sujets.

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]