noir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : Noir

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIIe siècle) Du moyen français noir, de l’ancien français noir, (c. 1100) neir, du latin nĭger (« noir »).

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin noir
\nwaʁ\

noirs
\nwaʁ\
Féminin noire
\nwaʁ\
noires
\nwaʁ\

noir \nwaʁ\

  1. Qui absorbe toute la lumière visible qu’il reçoit, donne l’impression d’obscurité ; la plus sombre des couleurs.
    • Les Liméniennes ont toutes de belles couleurs, les lèvres d’un rouge vif, de beaux cheveux noirs et bouclés naturellement, des yeux noirs d’une expression indéfinissable d’esprit, de fierté et de langueur […] — (Flora Tristan, Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
    • En robe noire comme toujours, parce qu’elle croyait qu’en noir on est toujours bien et que c’est ce qu’il y a de plus distingué, elle avait le visage excessivement rouge comme chaque fois qu’elle venait de manger. — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 25)
  2. (Par extension) Qui approchent de cette couleur relativement.
    • Du pain noir ; raisin noir ; des yeux noirs ; du café noir.
    • Le coucher de soleil est d’un gris inquiétant et de gros nuages noirs s’accumulent vers l’occident. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1, De New-York à Tahiti, 1929)
  3. (Par extension) Bronzé, en parlant de la peau d’une personne.
    • Il est revenu de vacances avec la peau noire.
  4. (En particulier) Ayant la peau noire, de race noire, en parlant d’une personne.
    • La boxe est très en honneur à Panama. J’assistai à de bons matches et quelques boxeurs noirs étaient tout près de la meilleure classe mondiale. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1, De New-York à Tahiti, 1929)
    • La police attend avec des mitrailleuses et des gaz les grévistes noirs de Pennsylvanie. — (Paul Nizan, Les Chiens de garde, 1932)
    • Tandis que les masseuses noires entrent en action, les moins bousculées trouvent le temps de manger et de potiner avec les concubines d'autres harems. — (Jean-Louis Chardans, Les harems, Paris : Éditions Pygmalion, 1979)
    • L’année précédente un caramousal fut pris par le fameux chevalier de Malte Romegas qui trouva à son bord 32 esclaves dont la plupart étaient noirs, sauf quelques Turcs ou Maures. — (François Moureau, Captifs en Méditerranée (XVIe-XVIIIe siècles) : histoires, récits et légendes, Presses Paris Sorbonne, 2008, page 158)
  5. Lié à la communauté noire.
    • En réduisant la musique noire à l’expression des révoltes du peuple noir, on risque cependant de ne pas rendre compte de la richesse d’une expression musicale à la fois mondiale et diverse. — (Yves Raibaud, Musique noire, 2010 → lire en ligne)
    • John Boyega, héros de « Star Wars » et virulent défenseur de la cause noire — (Samuel Blumenfeld, Le Monde, 2020 → lire en ligne)
  6. Sans lumière, obscur, sombre.
    • C’était une nuit noire.
  7. (Vieilli) Qui est livide, meurtri.
    • Être noir de coups. : Avoir la peau toute noire des coups qu’on a reçus.
  8. Sale, crasseux.
    • Lavez vos mains, elles sont toutes noires.
  9. Triste, morne, mélancolique, irrité, hostile, lugubre ou bien funeste.
    • Il a une humeur noire. — Un noir chagrin. — De noirs soucis.
    • Un noir pressentiment. — Des idées noires. — Un regard noir.
  10. (Figuré) Néfaste, diabolique, en parlant des crimes, des mauvaises actions et des personnes qui les commettent.
    • Une noire trahison. — Une malice noire. — Une noire ingratitude. — Une noire calomnie.
    • Fut-il jamais d’action plus noire ? — Avoir l’âme noire.
    • Dans le théâtre de Hugo, Anne Ubersfeld l’a établi, la puissance du souverain est généralement montrée sous son angle le plus noir. — (Florence Naugrette, Le Théâtre romantique, 2001)
  11. (Littéraire) Qui est chargé de menaces, de malheur.
    • Que je le plains, pécheur, en ton heure dernière !
      Les maux les plus affreux sont amassés sur toi ;
      Le noir enfer, séjour rempli d’effroi,
      T’attend au bout de la carrière.
      — (Félix Dupanloup, Mort du pécheur, dans Manuel des petits séminaires et des maisons d’éducation chrétienne, 1844 (2e édition), p. 106)
  12. (France) Complètement ivre d’alcool.
    • Il est complètement noir !
    • « Ma tactique était toc » dit Igor qui s’endort, ivre mort, au comptoir du bar
      Un Russe blanc qui est noir
      Quel bizarre hasard se marrent
      Les fêtards paillards du bar
      — (Boby Lapointe, Ta Katie t’a quitté, 1964)
  13. (Sciences) Qui échappe à la détection, que la science ne peut interpréter.
    • Pour les physiciens, « voir » signifie donc « entrer en interaction ». Ils vont donc qualifier de « noir » ce qui résiste à la détection, ce avec quoi l’interaction se fait mal ou ce dont ils ne parviennent pas à capter d’informations avec les moyens à leur disposition. — (Roland Lehoucq, Les idées noires de la physique sur LeMonde.fr, Le Monde. Mis en ligne le 31 mai 2017, consulté le 3 juin 2017)

Synonymes[modifier le wikicode]

Couleur
anthracite
Bronzage
bronzé, hâlé
Personne
mélanoderme
Sans lumière
foncé, obscur, sombre, stygien, ténébreux
Triste
funeste, lugubre, macabre, sinistre, sombre
Diabolique
diabolique, effroyable, épouvantable, redoutable, terrible
Saoul
ivre, mûr (Familier), rond (Familier), soul, soûl, saoul

Dérivés[modifier le wikicode]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Adverbe [modifier le wikicode]

Invariable
noir
\nwaʁ\

noir \nwaʁ\

  1. De façon noire.

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
noir noirs
\nwaʁ\

noir \nwaʁ\ masculin

  1. Couleur de laquelle aucune lumière visible n’est émise. #000000
    • Noir des fonds de cale, noir des gouffres où l’on descend par des échelles de cent mètres, noir où court la Garonne naissante perdue dans les entrailles de la Maladetta. Noir d’ébène, noir de suie, nègres du noir Niger, et vous petits ramoneurs de mon enfance. — (Maurice Bedel, Traité du plaisir, 1945)
    • La teinte de polarisation reste dans les noirs bleutés lorsque les fibres sont entre-croisées, et monte jusqu'à des couleurs chaudron lorsqu'elles sont parallèles. — (Mémoires de l'Université de Strasbourg : Service de la carte géologique d'Alsace et de Lorraine, n° 2, 1928, p. 89)
  2. (En particulier) Couleur du deuil.
    • […] je regardais les gens entrer dans la cour, les hommes en redingotes sombres, les femmes long voilées de noir. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
  3. (Par extension) Obscurité.
    • Tout, autour de moi, s’est écroulé en ténèbres. Au milieu de ce noir, je me suis accoudé sur ma table ronde, que la lampe ensoleille. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Nous recom­mençâmes à descendre dans le brouillard et le noir. D’autres chefs nous pressaient ; le terrain était inégal et bourbeux ; les chevaux se faisaient tirer. — (Alain, Souvenirs de guerre, Hartmann, 1937, p. 16)
  4. (France) (Familier) (Par métonymie) Tasse de café sans lait ni crème.
    • Sers moi un noir bien serré, s’il te plaît.
  5. (France) Meurtrissure, ecchymose, hématome.
    • Il a des noirs.
  6. (Serrurerie) Partie ni polie ni blanchie à la lime.
  7. (Jardinage) Maladie cryptogamique aussi appelée charbon.
  8. (Chimie) Substance chimique noire.
    • Le noir de platine et le noir de palladium sont utilisés en chimie comme catalyseurs.
  9. Point noir au centre d’une cible.
  10. (Argot) Opium.
    • Certes, j’ai fait un pas de géant en découvrant le trafic de noir du Rital, mais à quoi cela m’avance-t-il, je vous le demande ? — (San-Antonio, Bas les pattes !, Éditions Fleuve noir, 1954, chap. XV)
  11. (Vieilli) Douanier déguisé en civil.

Dérivés[modifier le wikicode]

Couleur :
Café :

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
noir noirs
\nwaʁ\

noir \nwaʁ\ masculin (pour une femme on dit : noire)

  1. (Par métonymie) (Anthropologie) Homme mélanoderme aux cheveux crépus ou au nez camard. Note : La majuscule initiale, dans ce sens, est cependant recommandée.
    • Il n’y a point ici de blancs et il n’y a point de noirs ; il y a des Africains du Nord, tous coiffés de la chéchia. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    1. (Haïti) (Par métonymie) (Anthropologie) Homme à la peau noire ayant des cheveux crépus.
    2. (Spécialement) (Désuet) (Péjoratif) Esclave ou serviteur à peau noire.
      • En disant ces mots, il posa sur la table un gros sac de piastres que portait un de ses noirs. — (Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, 1788)
      • Juste au moment du 18 brumaire, Burnel se faisait renvoyer de Guyane par les colons, sous l'accusation de négrophilie : en réalité, à un moment où la colonie étant menacée par les Anglais, il envisageait d’armer les Noirs. — (Yves Bénot & ‎Marcel Dorigny, Rétablissement de l'esclavage dans les colonies françaises - 1802, Éditions Maisonneuve et Larose, 2003, p. 60)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

→ voir Noir

Dérivés[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • Le thésaurus couleur en français Lien vers le thésaurus
  • noir sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg
  • noir sur le Dico des AdosLe Dico des Ados small logo.svg

Références[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin niger.

Adjectif [modifier le wikicode]

Nombre Cas Masculin Féminin Neutre
Singulier Sujet noirs noire noir
Régime noir
Pluriel Sujet noir noires
Régime noirs

noir \Prononciation ?\

  1. Noir.
  2. (Figuré) Triste.

Nom commun [modifier le wikicode]

noir \Prononciation ?\ masculin

  1. Noir (couleur).

Variantes[modifier le wikicode]

Dérivés dans d’autres langues[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]