bourdon

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : Bourdon

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom 1) Du bas latin burdo, burdonis (« mulet ») qui a pris le sens de « support, bâton » par une métaphore fréquente liant un animal de bât à un soutien → voir chevron et chevalet.
(Nom 2) (début XIIIe siècle) De l’ancien français bordon, sans doute par onomatopée.
(Nom 3) (1690) Dérivé de bourde avec le suffixe -on.
(Nom 4) Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.
(Nom 5) Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
bourdon bourdons
\buʁ.dɔ̃\
Armoiries avec un bourdon (sens héraldique)

bourdon \buʁ.dɔ̃\ masculin

  1. Long bâton de pèlerin surmonté d’une gourde, ou d’un ornement en forme de pomme.
    • Planter le bourdon quelque part : (Désuet) arrêter le pèlerinage, rester sur place et s’installer.
    1. (Héraldique) Meuble représentant un bâton de pèlerin dans des armoiries. Il est généralement représenté en pal. Il est préférentiellement qualifié de bourdon de pèlerin dans les blasonnements. À rapprocher de bâton de prieur, bâton prieural, bourdon de pèlerin et crosse.
      • De gueules au bourdon d’or, accosté de deux saumons adossés d’argent, qui est de la commune de Bourdonnay de Moselle → voir illustration « armoiries avec un bourdon »
    2. (Par extension) (Fantastique) Bâton de magicien.
      En réalité, la remise d’un bourdon à un apprenti mage fait d’ordinaire l’objet d’une cérémonie très impressionnante, surtout si le bourdon a appartenu à un mage chevronné. — (Terry Pratchett, La Huitième Fille, 1987, traduit par Patrick Couton)
  2. (Histoire, Militaire) Grosse lance creuse utilisée par les chevaliers dans les tournois.
  3. (Couture) (Par analogie) Ganse ou bourrelet inséré dans un biais ou dans une couture formant une ligne brodée en relief.
  4. (Dentelle) Fil ou paire de fils, plus épais que les autres fils utilisés pour la réalisation de l’ouvrage, destinés à faire ressortir un motif.
  5. Perche de bois faite d’une branche d’arbre dont on a ôté l’écorce.

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
bourdon bourdons
\buʁ.dɔ̃\
Bourdon des champs (1).

bourdon \buʁ.dɔ̃\ masculin

  1. (Zoologie) (Courant) Insectes assez semblables aux abeilles et remarquables par le bourdonnement qu’ils font.
    • Le mélampyre des champs a son insecte pollinisateur, un bourdon, le Bombus hortorum, seul en son genre à pénétrer dans l'étroit tube de la corolle pour y rechercher le nectar ; les autres bourdons perforent le tube à sa base. — (Le Courrier de la nature, 1980, no 65-76, page 41)
  2. (Zoologie) Faux bourdon, abeille mâle que les abeilles ouvrières chassent dès que la reine est fécondée.
  3. (Musique) Ton qui sert de basse continue dans divers instruments, tels que la vielle, la musette, la cornemuse. → voir faux-bourdon
    • D’épaisses colonnes de mouches fumaient comme de la poussière de charbon de la crevasse des rues. Leur bourdon continu établissait une sorte de désert sonore. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 140)
  4. (Par métonymie) (Musique) Corde, ou tuyau qui donne ce ton.
    • Bourdon de vielle : corde donnant le son grave d’une vielle.
    • Bourdon de cornemuse : tuyau libre d’une cornemuse donnant le son grave.
    • Bourdon d’orgue : jeu d’orgue à tuyaux bouchés, jouant l’octave inférieur à celui des jeux de même longueur ayant les tuyaux ouverts.
  5. Grosse cloche au son très grave.
    • Alors ce n’était plus ni le bourdon de Notre-Dame ni Quasimodo, c’était un rêve, un tourbillon, une tempête. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
  6. (Par extension) Le son de cette cloche.
    • Aux alentours et dans les lointains invisibles, les tintements joyeux des clochettes argentines et les bourdons graves des sonneaux indiquaient à Mimile que les autres petits bergers, ainsi que les bergères de son âge rapatriaient comme lui vers l’abreuvoir et vers l’étable leurs troupeaux repus. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Il s’arrêta au centre de la place Saint-Henri, une vaste zone sillonnée du chemin de fer et de deux voies de tramways, carrefour planté de poteaux noirs et blancs et de barrières de sûreté, clairière de bitume et de neige salie, ouverte entre les clochers, les dômes, à l’assaut des locomotives hurlantes, aux volées de bourdons, aux timbres éraillés des trams et à la circulation incessante de la rue Notre-Dame et de la rue Saint-Jacques. — (Gabrielle Roy, Bonheur d’occasion, 1945, II)
  7. (Figuré) (Populaire) Mélancolie, idées noires, tristesse, cafard, déprime, spleen.
    • Seulement, ce soir, j’ai goût à rien. D’avoir parlé, ça m’a donné l’bourdon et j’aimerais mieux m’étourdir ailleurs. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • (Figuré) (Par plaisanterie)Les abeilles ont le bourdon. On sait à quel point le destin de l’humanité est lié a celui des abeilles, alors comment ne pas être inquiet quand on constate que la surmortalité des abeilles atteint en France 30 à 35%.  — (Pour un Monde durable (27 mai 2009) [1])

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 3[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
bourdon bourdons
\buʁ.dɔ̃\

bourdon \buʁ.dɔ̃\ masculin

  1. (Typographie) Omission par un compositeur d’imprimerie d'un ou plusieurs mots.
    • […] partant, un bon compositeur fait rarement des bourdons, et le meilleur est sans contredit celui qui, outre qu’il ne laisse que peu de coquilles ou de fautes légères à corriger, n’est pas du tout bourdonniste. — (Adam Frey, Nouveau Manuel complet de typographie, nouvelle édition revue, corrigée et augmentée par E. Bouchez, Paris, Manuels-Roret, 1857, part. 1, p.108).

Dérivés[modifier le wikicode]

Nom commun 4[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
bourdon bourdons
\buʁ.dɔ̃\

bourdon \buʁ.dɔ̃\ masculin

  1. (Cuisine) (Sarthe) Sorte de beignet au pomme, spécialité sarthoise.
  2. (Botanique) Poire qui se récolte en juillet. On dit aussi poire de bourdon ou bourdon musqué. (Note : ce nom est surtout mentionné que dans des ouvrages antérieurs au XXème siècle).
    • Le bourdon est une poire de la fin juillet, qui [...] ressemble à peut près au Muscat Robert et n'en est guère différent que par la queue qui est plus longue. (citation de La Quintinie). — (Dictionnaire universel françois et latin, Paris 1743)

Synonymes[modifier le wikicode]

Nom commun 5[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
bourdon bourdons
\buʁ.dɔ̃\

bourdon \buʁ.dɔ̃\ masculin

  1. (Régionalisme)(Agriculture) Partie d'un champs que l'on ne peut pas labourer, du fait de sa forme, de la présence d'arbres, etc.
    • Bourdon : Endroit où la charrue n'a pu passer. — (André de Vincenz, Disparition et survivances du franco-provença, Éd. Max Niemeyer, Tübingen 1974)
  2. (Régionalisme)(Agriculture) Partie d'un champs que le laboureur à oublié ou mal labouré.
    • On entend par « bourdon » une bande de terre comprise entre deux raies qui, par maladresse de l'exécutant, n'a pas été retourné.— (Publications de la Société savante d'Alsace et des régions de l'Est, volume 7, page 505, Éd. Librarie Istra, 1959)
    • Faire bourdon : Manquer une raie en labourant. — (André de Vincenz, Disparition et survivances du franco-provença, Éd. Max Niemeyer, Tübingen 1974)

Dérivés[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Moyen français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

bourdon \buʁ.dɔ̃\ masculin

  1. Long bâton servant de canne généralement utilisé par les pèlerins.
    • Et lors que Gargantua beut le grand traict, cydèrent noyer en sa bouche, et le torrent du vin presque les emporta on gouffre de son estomach, toutesfoys saultans avecq leurs bourdons comme font les micquelotz se mirent en franchise l’orée des dentz. Mais par malheur l’un d’eulx tastant avecques son bourdon le pays à sçavoir s’ils estoient en seureté, frappa rudement en la faulte d’une dentz creuze, & ferut le nerf de la mandibule, dont feit tresforte douleur à Gargantua & commencza à crier de rage qu’il enduroit. Pour doncques le soulaiger du mal feist aporter son cure dentz, & sortant vers le noyer grollier vous denigea bien messieurs les pelerins. — (François Rabelais, Gargantua, Édition Juste, 1535, p. 135)

Références[modifier le wikicode]

« bourdon », dans Dictionnaire du moyen français (1330-1500), 2010, 4e édition → consulter cet ouvrage