néant

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : neant

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIIe siècle) De nient (1050), issu du latin populaire *ne gentem, littéralement « pas un être vivant », avec ne, particule négative et gens, gentis, ensemble d’êtres.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
néant néants
\ne.ɑ̃\

néant \ne.ɑ̃\ masculin

  1. État d’inexistence des êtres et des choses.
    • Dieu a tiré toutes choses du néant.
    • Dieu peut réduire les êtres au néant, les faire rentrer dans le néant d’où ils sont sortis.
    • La vie a cent aspects, le néant n’a qu’un moule. (Anaïs Ségalas, « À une tête de mort », in Les Oiseaux de passage, Moutardier libraire-éditeur, Paris, 1837, page 249)
  2. (Par analogie)
    • On l’a fait rentrer dans le néant d’où on l’avait tiré.
    • Ce sont deux néants entre lesquels je me trouve en équilibre comme sur le tranchant d’une lame. (Norbert Crochet, Xavier de Maistre, Expédition nocturne autour de ma chambre, 2009)
  3. (Par hyperbole) Ce qui, par soi-même, n’a aucune valeur réelle.
    • […] qui empêchera que l’attention ne soit sollicitée et retenue par des objets indignes ou absurdes, que l’on ne réfléchisse dans le vide, que l’on ne médite la sottise, la vésanie ou le néant ? (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
    • Le néant des grandeurs humaines.
  4. Rien.
    • — Ma fortune ! gronda amèrement Concini. Tu as soufflé dessus. Ma grandeur, tu l’as réduite à néant. (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » #31, 1907)
  5. S’emploie spécialement dans des formules administratives ou médicales, dans des expressions elliptiques, telles que :
    • Signes particuliers : néant.
    • Albumine, Sucre : néant.

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Anagrammes[modifier]