nient

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Forme de verbe [modifier le wikicode]

Voir la conjugaison du verbe nier
Indicatif Présent
ils/elles nient
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent
qu’ils/elles nient
Imparfait

nient \ni\

  1. Troisième personne du pluriel du présent de l’indicatif de nier.
    • Les politiques qui, par optimisme, seraient le plus disposés à contester là-dessus, ne nient guère une dégénérescence dont ils sont les premiers à chercher le remède, et, de même qu’on voit l’hygiène perfectionnée de nos jours réussir quelquefois à combattre le névrosisme parisien, ainsi les gouvernements et les particuliers sentent la nécessité de s’ingénier en toute sorte de procédés orthopédiques afin de prolonger la seconde jeunesse de notre race. — (La puissance française, par un ancien officier, Calmann Lévy, 1885, page 154)
  2. Troisième personne du pluriel du présent du subjonctif de nier.

Homophones[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Pronom [modifier le wikicode]

nient \Prononciation ?\

  1. Rien.

Adverbe [modifier le wikicode]

nient \Prononciation ?\

  1. (Avec « ne ») Rien.
  2. Non-, pas.
    • venim de serpenz neient sanable — (Psautier d’Oxford, édition de Francisque Michel, p. 246, circa 1100-50)
      venin de serpents pas guérissable (→ voir sanable)
    • Nos enemis ne sont nient visables — (Sermon sur Joshua, ms. 19525 fr. de la BnF)
      Nos enemis ne sont pas du tout visibles.

Variantes[modifier le wikicode]

Dérivés dans d’autres langues[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien occitan[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

nient masculin

  1. Variante de nien.

Références[modifier le wikicode]

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844