bestial

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Fin du XIIe siècle) Du latin bestialis, dérivé de bestia (« bête »).

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin bestial
\bɛs.tjal\
bestiaux
\bɛs.tjo\
Féminin bestiale
\bɛs.tjal\
bestiales
\bɛs.tjal\

bestial \bɛs.tjal\ masculin

  1. Qui tient de la bête, qui appartient à la bête.
    • Les instincts bestiaux assurent la survie des espèces.
  2. (Péjoratif) Qui fait ressembler l'homme à un animal.
    • On ne doit pas attendre, chez un homme, jeune encore, cette sagesse qui substitue le bon sens à la sensation ; et, devant une proie, l’instinct bestial caché dans le cœur de l’homme, le pousse en avant. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  3. Zoophile.
    • Amour bestial, zoophilie.

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin bestialis.

Adjectif [modifier le wikicode]

bestial \Prononciation ?\

  1. Bestial.
    • Lur bestials cors nun [non] estables
      [il] Voleit faire à Deu covenables.
      — (Marie de France, L’Espurgatoire de saint Patrice, XIIIe s.)
    • Se li hons est si bestiaus
      Qu'il n'ait de nul mestier science
      Et en desire l'ignorance
      — (Roman de la Rose)

Références[modifier le wikicode]

Anglais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin bestialis.

Adjectif [modifier le wikicode]

bestial

  1. Bestial, de bête.

Dérivés[modifier le wikicode]

Ancien occitan[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin bestialis.

Adjectif [modifier le wikicode]

bestial

  1. Bestial, de bête.

Références[modifier le wikicode]

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844