décrochez-moi-ça

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

→ voir décrocher, moi et ça.

Nom commun [modifier]

décrochez-moi-ça \de.kʁɔ.ʃe.mwa.sa\ masculin invariable

  1. (Désuet) Vêtement féminin ou masculin d’occasion.
    • A la queue de l’évêque, une cour des Miracles se dandinait en flageolant ; une colonne de vieux birbes, costumés avec les friperies vendues des morgues, ballottait, se soutenant sous les bras, s’étayant les uns aux autres. Tous les décrochez-moi-ça d’il y a vingt ans ajustaient leurs mouvements, les accompagnaient, sur eux ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915, chap. 8, p. 214)
  2. (Désuet) Chapeau féminin d’occasion.
    • Les niolleurs sont les marchands de vieux chapeaux. On appelle niolle un chapeau retapé, et décrochez-moi-ça un chapeau de femme d'occasion. Il y a, dans le carré du Palais-Royal, des décrochez-moi-ça qui encadreraient encore très-bien de fort jolies figures, et qui, dans tous les cas, ne seraient pas trop déplacés dans l'étalage d'une modiste du passage... du Saumon. — (Edmond Texier, Tableau de Paris, chap. 15 : Les halles et marchés, Paris : chez Paulin & Le Chevalier, 1852, vol. 1, p. 149)
  3. (Désuet) [1] Boutique de fripes, friperie.
    • […] ; tandis que la belle toilette de madame Lorilleux, les effilés de madame Lerat, les jupes fripées de mademoiselle Remanjou, mêlaient les modes, traînaient à la file les décrochez-moi-ça du luxe des pauvres. — (Émile Zola, L'Assommoir, 1877, chap. 3)
    • Elle commande chaque jour des robes d'chez Patou, mais elle habille papa au "décrochez-moi ça..." — (Narcisse Praz, Poète, prends ton luth et tire, Éditions d'en bas, Lausanne, 1984, p. 60).
    • (Figuré)À une époque où souvent le talent — panaché de pastiche et de pillage — s’habille au décrochez-moi ça, et où il suffit de posséder l’érudition d’un bibliothécaire malin pour exciter l’admiration des passants, l’auteur d’A Vau-l’eau a créé un style, un genre, un génie à lui. — (Frantz Jourdain, Joris-Karl Huysmans, dans Les Décorés  : Ceux qui ne le sont pas, H. Simonis Empis, éditeur, 1895, p. 51)

Dérivés[modifier]

  1. s’habiller au décrochez-moi-ça, se vêtir au décrochez-moi-ça : s’habiller avec négligence

Références[modifier]