distiller

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIIIe siècle) Du latin destillare (« tomber goutte à goutte »), de stilla, « goutte » → voir instiller.

Verbe [modifier le wikicode]

distiller \dis.ti.le\ ou \dis.ti.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Chimie) Soumettre à la distillation.
    • On obtient ainsi de l'eau-de-vie qui possède un goût empyreumatique, dit goût de feu, très prononcé ; on peut le faire disparaître en partie en distillant de nouveau l'eau-de-vie. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, p. 143)
    • Le camphre est une sorte d’acétone dérivée d’un alcool, le bornéol. On le prépare en distillant avec de l’eau le bois du camphrier (Laurus camphora). — (Cousin & Serres, Chimie, physique, mécanique et métallurgie dentaires, 1911)
    • Lorsque le général Annenkof commença ses travaux à Mikhaïlov, il en fut réduit à distiller l’eau de la Caspienne, comme on fait à bord des navires au moyen d’appareils ad hoc. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. VI, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
  2. (Plus rare) (Intransitif) Être soumis à la distillation.
    • Sa solution rougit le papier de tournesol ; elle distille sans se décomposer si l’on chauffe avec précaution ; les vapeurs qu'il forme sous la pression ordinaire ont une température comprise entre 339 et 356°. — (J. Fritsch, Fabrication et raffinage des huiles végétales, manuel à l'usage des fabricants, raffineurs, courtiers et négociants en huiles, Paris : chez H. Desforges, 1905, p. 5)
  3. (Par extension) Extraire.
    • Le miel que l’abeille distille : Qu’elle extrait du suc des fleurs.
  4. (Figuré) Faire couler ; répandre insensiblement.
    • Les Norwégiens, lorsqu'il fendent les dorschs et les cabéliaux, pour en faire du Stockfisch, exposent au grand air les foies de ces poissons et en laissent distiller le thrau , qu’ils recueillent avec soin, […] — (Frédéric Georges Cuvier, Dictionnaire des sciences naturelles, Strasbourg & Paris : F.-G. Levrault & Paris : Le Normant, 1829, vol.54, page 315)
    • Les gens de province possèdent au plus haut degré l’art de distiller les cancans. — (Honoré de Balzac, La Vieille Fille, 1836)
    • Deux larmes, les seules peut-être qu'il eût versées dans sa vie, ces larmes brûlantes que l'humiliation seule sait distiller, glissèrent et s'évaporèrent aussitôt au feu de ses joues. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Les murs ruisselaient d’humidité, secrétaient des roupies, distillaient des gouttes de café noir ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Il fuyait ces longs papotages où tout le monde, par la médisance savamment distillée, était habillé pour l'hiver. — (Georges-Patrick Gleize, La Vie en plus, Albin Michel, 2012)
    • Ce sot personnage distille l’ennui.

Dérivés[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]


Notes[modifier le wikicode]

La prononciation régulière en France est : \dis.ti.le\. Au Canada, la prononciation s’est régularisée sur celle des autres verbes en -iller.

Références[modifier le wikicode]

Anglais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De distill avec le suffixe -er.

Nom commun [modifier le wikicode]

distiller \Prononciation ?\ (pluriel à préciser)

  1. Distillateur.