soumettre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De l'ancien français suzmetre.

Verbe [modifier]

soumettre \su.mɛtʁ\ transitif 3e groupe (conjugaison) (Pronominal : se soumettre)

  1. Réduire, ranger sous la puissance, sous l’autorité, mettre dans un état de dépendance.
    • C'est ce qui permit à une minorité conquérante, politiquement et socialement dominante, de populations surtout chrétiennes, païennes et zoroastriennes, de consolider l'Islam et de soumettre rapidement les mondes sémitiques et iranien. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
    • Soumettre à l’obéissance d’un souverain, une province à ses lois, à son empire, tout un pays, les rebelles.
    • Après une longue résistance, les provinces révoltées se soumirent.
  2. (Figuré) Subordonner.
    • Un projet qui reste soumis aux circonstances.
    • Je soumets cette proposition à votre agrément.
    • L’écriture oblige les hommes à soumettre leur esprit à Dieu.
    • Soumettre ses idées à celles de quelqu’un : subordonner ses idées à celles d’un autre, être prêt à s’en désister, s’il y est contraire.
    • Je soumets dans cette affaire mes idées aux vôtres.
    • Soumettre ses lumières, ses opinions, ses sentiments à ceux d’autrui.
    • Soumettre une chose au jugement, à la critique de quelqu’un : s’engager à déférer au jugement qu’il en portera.
    • Je vous prie de lire toute la pièce, je la soumets à votre jugement.
    • Se soumettre à un jugement arbitral.
    • Se soumettre aux ordres, à la volonté de quelqu’un : conformer ses actions, ses sentiments.
    • Nous devons nous soumettre entièrement à la volonté de Dieu.
    • Se soumettre à quelque chose, à souffrir quelque chose : s’engager, consentir à subir quelque chose.
    • Je me soumets à tout ce qu’il vous plaira.
    • Se soumettre à une intervention chirurgicale.
  3. (Figuré) Remettre ou livrer à l’examen ou à la décision de quelqu’un.
    • À l’encontre des autres routes d’Europe, celles du Royaume Uni n’avaient jamais été soumises à aucun essai organisé de redressement et d’aplanissement, et c’est à cela sans doute qu’il faut attribuer leur caractère pittoresque. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 47 de l’éd. de 1921)
    • La France demande que soit soumise au Tribunal de La Haye la question de savoir si le pacte franco-soviétique est compatible avec Locarno. — (Victor Margueritte, Le cadavre maquillé : La S.D.N. (Mars-Septembre 1936), Flammarion, 1936, p.34)
    • Soumettez-lui votre article, votre manuscrit.
    • Ce projet fut soumis à l’examen d’une commission.
  4. Considérer en détail, pour juger.
    • Un travail conduit démocratiquement serait réglementé par des arrêtés, surveillé par une police et soumis à la sanction de tribunaux distribuant des amendes ou de la prison. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.347)
    • Soumettre une chose à l’analyse : l’analyser, la décomposer, pour connaître de quels éléments elle est formée.
  5. Appliquer un procédé ou une procédure sur.
    • Avant d'être envoyé au moulin, le blé est préalablement soumis chez les cultivateurs à un vannage qui en sépare une partie des corps les plus légers. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l'industrie dans le département des Ardennes, Charleville : E. Jolly, 1869, p.107)
    • Les insectes qui consomment du S. demissum, ou que l'on soumet au jeûne, n'arrivent pas à cette chitinisation et leurs élytres restent molles. — (René Guy Busnel, Études physiologiques sur le Leptinotarsa decemlineata Say, Paris : libr. E. Le François, 1939, p.110)

Antonymes[modifier]

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]