francophonie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Francophonie

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1880) Dérivé de francophone avec le suffixe -ie[1], créé par Onésime Reclus, un géographe français.

Nom commun [modifier]

Invariable
francophonie
\fʁɑ̃.kɔ.fɔ.ni\
La francophonie (2) dans le monde.

francophonie \fʁɑ̃.kɔ.fɔ.ni\ féminin singulier

  1. Ensemble de ceux qui parlent le français.
    • Car, en effet, beaucoup de communautés se définissent comme francophones, même si la langue de Molière n’y est pas pratiquée comme idiome de communication. Ici, le sens mystique et spirituel désigne la francophonie également comme la solidarité naissant du partage de valeurs communes véhiculées par la langue française. — (Josias Semujanga, Panorama des littératures francophones, dans Introduction aux littératures francophones, p.10, Presses de l’Université de Montréal, 2004)
    • La francophonie est-elle une alternative au tout-anglais ?
  2. (Abusivement) Ensemble de ceux qui parlent le français hors de France.
    • Je pourrais m’arrêter et critiquer le concept même de francophonie, qui prend, selon les commentateurs, tellement de sens différents qu’on en perdrait son français. Pour beaucoup de Français, par exemple, la francophonie représente toutes les communautés francophones en dehors de la France (un chercheur a déjà même utilisé le concept de français francophone dans un colloque, pour parler du français hors de France, c’est dire!). — (Anne-Marie Beaudoin-Bégin, La langue rapaillée, éditions Somme toute, 2015, p. 47)
  3. Ensemble des pays ayant le français comme langue officielle ou dominante.
    • Les chefs de la francophonie se sont retrouvés au Mali.
  4. Institution en charge de la défense du français et de la promotion des relations entre pays francophones.

Variantes orthographiques[modifier]

  • Francophonie
    • Ici, le lecteur a pris soin de tirer une longue liste de pays où l’on parle français, pour, semble-t-il, donner de la force à son argumentaire, mais il est facile de trouver ce à quoi il fait référence : la sacro-sainte francophonie. Seigneur! Et s’il arrivait qu’on parle et que la Francophonie (avec une majuscule s’il vous plaît!) ne nous comprenne pas?! — (Anne-Marie Beaudoin-Bégin, La langue rapaillée, éditions Somme toute, 2015, p. 47)

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]