langueur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1130) De l’ancien français (« maladie, état de faiblesse »).

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
langueur langueurs
\lɑ̃.ɡœʁ\

langueur \lɑ̃.ɡœʁ\ féminin

  1. Affaiblissement physique et moral qui réduit considérablement les forces et l’activité d'une personne. Action, fait de languir.
    • Les Liméniennes ont toutes de belles couleurs, […], des yeux noirs d’une expression indéfinissable d’esprit, de fierté et de langueur ; […]. — (Flora Tristan; Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
    • Un long baiser rescella leur pacte. Aïssa, lourde de langueur, avait renversé sa tête sur l’épaule de son amant. — (Victor Margueritte, Un cœur farouche, Paris : Ernest Flammarion, 1921 p. 61)
    • Les sanglots longs
      Des violons
      De l’automne
      Blessent mon cœur
      D’une langueur
      Monotone.
      — (Paul Verlaine, Chanson d’automne, 1866)
    • Atteint d’un mal nommé porphyrie, le pauvre garçon est contraint de s’abreuver de sang humain pour conjurer sa langueur chronique. — (François Rivière, Dracula, cent ans et toutes ses dents, dans Libération (journal), 31 décembre 1987)
  2. État d’abattement d’une personne faible et malade.
    • Il ne sent point les langueurs de l’âge.
    • Maladie de langueur (On l’employait dans ce sens au pluriel).
  3. (Vieilli) (Littéraire) Cause d’abattement et de nature physique (maladie ou blessure).
    • […]; encore sa vie fut-elle accidentellement écourtée, puisqu’il périt « de langueur » un an après avoir été éborgné par un corbeau. — (Jean Rostand, La vie des crapauds, 1933)

Synonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Dérivés[modifier]

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin languor.

Nom commun [modifier]

langueur \lã.ɡwør\ féminin

  1. Langueur, maladie, état de faiblesse.