officieux

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin officiosus (« obligeant, serviable »).

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin officieux
\ɔ.fi.sjø\
Féminin officieuse
\ɔ.fi.sjøz\
officieuses
\ɔ.fi.sjøz\

officieux \ɔ.fi.sjø\

  1. (Vieilli) Qui est prompt à rendre de bons offices, serviable.
    • Il est très officieux.
  2. (Par extension) Qualifie un mensonge dit pour faire plaisir à quelqu’un, ou pour lui rendre service sans nuire à personne.
  3. Qui n’est pas officiel mais qui en remplit les fonctions ; qui est donné à titre de complaisance, en parlant de renseignements de source autorisée.
    • Tu admets, ô Prospêtès, que, par le verbe et par la plume, je fasse profession d'amoralité. Que je me décrive comme un être ayant rompu avec la morale officielle ou la morale officieuse. — (Émile Armand, "Amoral", dans Les réfractaires, n°2, février-mars 1914)
    • Officiellement, le Vatican n’a plus d’« exorciste en chef » : le dernier en date, le célèbre père Gabriele Amorth, est décédé en septembre 2016. Depuis, le père Vincenzo Taraborelli, religieux carme et prêtre de cette église située à 200 mètres de la place Saint-Pierre, est pourtant considéré comme son successeur officieux. — (Bénédicte Lutaud, Ma journée avec l’exorciste du Vatican, Le Monde. Mis en ligne le 6 juin 2020)

Antonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier et pluriel
officieux
\ɔ.fi.sjø\

officieux \ɔ.fi.sjø\ masculin (pour une femme on dit : officieuse) singulier et pluriel identiques

  1. (Vieilli) Personne prompte à rendre de bons offices, serviable.
  2. (Histoire) Sous la Révolution française, domestique, valet, servante, etc.
    • — Interrogez ma servante.
      — Citoyen, il faut dire mon officieuse.
      — Eh bien mon officieuse.
      — (Jacques Porchat, Le berger et le proscrit, chapitre XII ; Librairie de Ch. Meyrueis et Cie éditeurs, Paris, 1857, page 102.)

Dérivés[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]