retremper

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) → voir re- et tremper

Verbe [modifier le wikicode]

retremper \ʁǝ.tʁɑ̃.pe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se retremper)

  1. Tremper de nouveau.
    • Retrempons nos plumes dans le solide encrier de nos pères. — (Joseph Grandgagnage, Wallonnades, F. Oudart, Liège, 1845, p. 33)
    • Trempez les choux de Bruxelles dans les trois plats dans l’ordre : farine, œufs battus, chapelure, puis retrempez-les dans les œufs et la chapelure. — (Collectif, La Cuisine des choux, Éditions Artémis, 2006)
  2. (Figuré) Redonner de la force, de l’énergie.
    • […] mais il nous faut des évènemens, des évènemens graves qui nous retrempent, nous rajeunissent, nous enlèvent cette vieille défroque du temps passé […] — (Julie de Querangal, Philippe de Morvelle, Revue des deux Mondes, t. 2, 1833)
    • J’ai rendu des services aux artistes ; j’ai voyagé pour retremper mon inspiration et pouvoir chanter ex professo les merveilles de la nature et des antiques civilisations.— (George Sand [Amantine Aurore Lucile Dupin, baronne Dudevant], Adriani, t. 2, A. Cadot, 1854, p. 192)
    • Car enfin la lutte, l’agitation, même la bourrasque populaire et la houle de la place publique, si tout cela est une calamité de passage, tout cela est encore de la vie, tout cela est de l’énergie, une hygiène rude, mais propre à renouveler un peuple et à retremper son caractère. — (Eugène Pelletan, Le 31 Mai, Pagnerre, 1863, p. 24)
  3. (Pronominal) (Figuré) Se replonger, s’absorber de nouveau dans quelque chose.
    • Il eût fallu avoir le courage de se séparer momentanément, de se fuir, de demander aux voyages leurs distractions forcées, de se retremper dans la nature ; car l’homme est fils de la terre comme Antée, et reprend sa vigueur épuisée quand il touche le sein maternel. — (Maxime Du Camp, Les Forces perdues, Michel Lévy frères, 1867, p. 137)
    • Retrempons-nous dans la Parole de Dieu ; ne nous noyons pas dans les regrets du passé. — (Agénor de Gasparin, Le Bon Vieux Temps, M. Lévy frères, 1873, p. 265)

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]