sceptique

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du grec ancien σκεπτικός, skeptikós.

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
sceptique sceptiques
\sɛp.tik\

sceptique \sɛp.tik\ masculin et féminin identiques

  1. (Philosophie) Qualifie les philosophes qui établissent pour principe qu’il n’y a rien de certain.
    • Pyrrhon est considéré comme l’initiateur de la philosophie sceptique.
    • Les philosophes sceptiques.
  2. (Courant) Qualifie les personnes qui affectent de douter de tout ce qui n’est pas prouvé d’une manière évidente, incontestable.
    • À force de rouler à travers les hommes et les pays, d’en observer les coutumes contraires, ses idées se modifièrent, et il devint sceptique. (Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, 1834)
    • C’est un homme, un écrivain, un esprit sceptique.
    • Être sceptique, rester sceptique : douter d’une chose.
    • Cette nouvelle m’a laissé sceptique.

Composés[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
sceptique sceptiques
\sɛp.tik\

sceptique \sɛp.tik\ masculin et féminin identiques

  1. Personne qui doute.
    • Les subtilités de l’ontologie ont fait tout au plus des sceptiques ; c’est à la connaissance de la nature qu’il était réservé de faire de vrais déistes. (Denis Diderot, Pensées philosophiques, Texte établi par J. Assézat, Garnier, 1875-77)
    • En tant que sceptiques, nous avons observé qu’en général les gens tiennent à leurs croyances pour des raisons liées à certains besoins émotionnels. (Louis Dubé, L’argument déterminant et les théories du complot, dans Le Québec sceptique, no 67, p.5, automne 2008)
    • Pyrrhon, bien qu’il n’en souhaitât pas, ni le contraire bien sûr, eut des disciples aux noms différents : les zététiques cherchaient la vérité sans relâche, les sceptiques examinaient tout sans jamais rien trouver, les éphectiques suspendaient leurs jugements, les aporétiques s’affirmaient incertains, y compris de leurs incertitudes. (Michel Onfray, L’ordre libertaire : La vie philosophique d’Albert Camus, Flammarion, 2012, chap. 5)

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]