analyste

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

→ voir analyser.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
analyste analystes
/a.na.list/

analyste masculin et féminin identiques /a.na.list/

  1. Celui ou celle qui est versé dans l’analyse mathématique.
    • Nous avons déjà dit que les analystes ne sont parvenus jusqu'à présent qu'à la résolution des équations générales du troisième et du quatrième degrés. (Louis Bourdon, Élémens d'algèbre, Paris : Bachelier & Bruxelles : Librairie Parisienne, 1828, p.447)
  2. Celui ou celle qui s’occupe d’analyses chimiques.
    • Ainsi, la dispersion des données des figures 2-1 et 2-3 est directement liée à l'accumulation de petites incertitudes aléatoires. Notez que sur la figure 2-3 l'erreur aléatoire des résultats des analystes 2 et 4 est plus grande que celle des résultats des analystes 1 et 3. (Douglas A. Skoog, ‎Donald M. West & ‎F. James Holler, Chimie analytique, De Boeck Supérieur, 1997, p.21)
  3. Celui ou celle qui fait des analyses financières ou politiques.
    • L’analyste financier peut ainsi rencontrer des difficultés liées à l'obtention d'information, au temps imparti pour réaliser son travail de valorisation ainsi qu'aux pressions exercées par d'autres acteurs dans l'exercice de son jugement. (Pascal Barneto, ‎Isabelle Chambost & ‎Georges Gregorio, DSCG 2 Finance : Cas pratiques, Dunod, 2009, 1re éd., p.93)
    • Pourquoi l’analyste politique n'aurait-il pas comme fonction d'accomplir un service public, comme l'administrateur qu'on appelle aussi « fonctionnaire » ? Avec cette distinction, toute fondamentale toutefois, que l’analyste n'a pas à réclamer, […], un statut d'immunité. (Gérard Bergeron, Syndrome québécois et mal canadien, Presses de l'Université de Laval, 1981, p.2)
  4. Celui ou celle qui fait des analyses psychanalytiques.
    • Le patient, exposé à ces jugements sans appel, par le biais de l’analyste ou à travers ses lectures, ne saurait, sans trahir son allégeance à la psychanalyse, créditer suffisamment ces pratiques pour aller à leur rencontre. (Nathan Stern, La fiction psychanalytique, 1999)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]