dodu

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Auguste Scheler [1] avance prudemment qu'il appartient « sans doute » au vieux français dondé dont est issu « dondon », il cite Diez qui le rattache au latin dotatus en écartant cette hypothèse pour avancer le frison dodd (« bloc, masse ») ou la racine dod de « dodiner » ou « dodeliner » soulignant que l'embonpoint provoque le balancement.

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin dodu
/dɔ.dy/
dodus
/dɔ.dy/
Féminin dodue
/dɔ.dy/
dodues
/dɔ.dy/

dodu /dɔ.dy/

  1. Qui est bien en chair.
    • Ces pigeons sont dodus, mangez sur ma parole. (Nicolas Boileau-Despréaux, Sat. III. — cité par Littré)
    • Comme ils sont dodus et gras, Ces bons citoyens du Maine ! (Pierre Jean de Béranger, Chapons. — cité par Littré)
  2. Qui a un embonpoint ferme et de bonne nature.
    • Les tempéraments chez qui la digestion est un peu lente et l’esprit prompt et à qui la casse fait un bon effet, durent plus longtemps que les corps frais et dodus. (Voltaire, Lett. M. du Deffant, 17 mars 1775. — cité par Littré)
    • Bras dodus, bouche rosée. (Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, Barbier de Sév. II, 2. — cité par Littré)
  3. (Par analogie) Bombé, bien rempli.
    • Une bonbonne dodue. Une bourse dodue.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

→ voir bien en chair#Synonymes (1)

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin dodu
/dɔ.dy/
dodus
/dɔ.dy/
Féminin dodue
/dɔ.dy/
dodues
/dɔ.dy/

dodu /dɔ.dy/

  1. Personne bien en chair.
    • Oh ! pour cela, madame, il n'y a rien à dire ; vous avez pris là un mari de bonne mine, un gros dodu que tout le monde aimera. (Pierre de Marivaux, Pays. parv. 5e part. t. III, p. 67 — cité par Littré)
    • (Figuré)La moindre semence de légumineuse, souvent pas plus grosse qu'une tête d'épingle, nourrit sa Bruche, un nain, qui patiemment la gruge, l'excave en habitacle ; et lui, le dodu, l'exquis, serait épargné ! (Jean-Henri Fabre, La Bruche des haricots, Souvenirs entomologiques, 1903, Série VIII, Cha. 4)

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

  • dodu sur Wikipédia Article sur Wikipédia

Références[modifier | modifier le wikicode]