obséder

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin obsidēre, « fréquenter ».

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

obséder /ɔp.se.de/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Importuner, excéder quelqu’un par ses assiduités, par ses démarches.
    • Sa mère ? Elle lui était fort à charge, ne l’obsédait que de questions d'argent. (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • Ses visites quotidiennes ont fini par m’obséder. - Sa générosité bien connue fait qu’il est obsédé par la foule des solliciteurs.
  2. (Figuré) Tourmenter d’une manière persistante.
    • — Je le sais, fit-il ; rien n’est plus malaisé que de se désencombrer l’esprit des images qui l’obsèdent, […]. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • La pensée du suicide l’obsédait. - Il était obsédé par ce désir, par cette tentation.
  3. (Désuet) Être à charge, tourmenter, fatiguer.
    • L'emploi de ces salaires bien ou mal distribués, contribue beaucoup […] à l'accroissement ou à la diminution de la population. Celle-ci peut être obsédée dans les campagnes & attirée par le luxe & la volupté dans la Capitale, […]. (François Quesnay, Analyse de la formule arithmétique du tableau économique de la distribution des dépenses annuelles d'une nation agricole, 1766)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Quasi-synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]