écritoire

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Du bas latin scriptorium (« style pour écrire sur la cire ») et qui a pris par la suite le sens de « pièce où l’on étudie » (→ voir scriptorium en français).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
écritoire écritoires
\e.kʁi.twaʁ\

écritoire \e.kʁi.twaʁ\ féminin

  1. Godet où l’on prend de l’encre avec la plume et qu’on appelle plus ordinairement encrier.
    • Ne parlons pas de cela, dit le juif en pâlissant et tirant à la hâte une écritoire de sa ceinture. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Curieux : « De quoi sert cette oblongue capsule ?
      D’écritoire, Monsieur, ou de boîte à ciseaux ? »
      — (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, 1897)
  2. (Par métonymie)(Mobilier) Petit meuble qui contenait ou renfermait les choses nécessaires pour écrire : encre, papier, plume, canif, etc.
    • […] la place du candidat était marquée à l'autre bout, et directement en face; une écritoire et des feuilles de papier, placées sur le bureau, annonçaient l’intention, soit de prendre des notes, soit de rédiger le procès-verbal de la séance. — (Julie de Querangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T. 2,4, 1833)
    • Cette pièce était meublée d’un petit lit de fer, […] ; en face de la couche, une table, couverte d’un tapis et d’une écritoire, et un prie-Dieu au-dessus duquel était cloué un Christ ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  3. Pièce où l'on écrit, bureau.
    • Mais à Kirchberger qui l'interrogeait sur le Nouvel homme il avait aussi confié en septembre 1792 sa lassitude de l'écriture : « J'ai assez séjourné dans mon écritoire ; je ne dois plus m'enfoncer dans ce genre d'occupation, et désormais [...]». — (Louis-Claude de Saint-Martin, Lettre à un ami, Éd. Jérôme Millon, Grenoble 2005)


Notes[modifier le wikicode]

  • Il est féminin selon le dictionnaire de l’Académie française, toutefois il est très facile de trouver des centaines d'exemples où ce mot est masculin, tant au XVI, XVIII et XIXème siècle où il était fréquent, que de nos jours. Dès le XVIIIème siècle on trouve des ouvrages sur "le bon usage du français" qui précisent que ce mot est féminin et que la forme masculine est fautive.

Hyponymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]