Mauvaises Terres

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1839)[1] Voir mauvais et terre.
Ce toponyme a été utilisé par des trappeurs canadiens français, premiers « Européens » à explorer ce que l’on appelle aujourd’hui les badlands du Dakota du Nord. Son sens n’était pas celui de « terres impropres à la culture », mais de « terres mauvaises à traverser »[2].
Il a donné le calque anglais « Bad Lands » (attesté en 1852 dans un ouvrage du paléontologue Joseph Leidy[3]), abrégé plus tard en Badlands. Le terme « Mauvaises Terres » a été utilisé dans de nombreux ouvrages scientifiques américains à partir des années 1850, par l’intermédiaire desquels il s’est répandu en France, en même temps que Bad Lands. Le mot badlands désigne aujourd’hui le profil géomorphologique caractéristique de cette région, aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

Nom propre [modifier le wikicode]

Pluriel
Mauvaises Terres
\mo.vɛz tɛʁ\
View of the Mauvaises Terres (« vue des Mauvaises Terres »), 1852

Mauvaises Terres \mo.vɛz tɛʁ\ féminin pluriel

  1. (Désuet) Territoire du Dakota du Nord traversé par le Missouri (constituant aujourd’hui les badlands du parc national Theodore Roosevelt), caractérisé par un relief torturé constitué de nombreux pics et buttes.
    • La région des Mauvaises Terres qui s’étend sur les deux rives de la rivière Blanche jusqu'aux Montagnes Noires, et aux monts du Renard, est une espèce de monde à pari, une large vallée qui semble avoir été creusée d'abord par une immense faille verticale, puis modelée par une longue et incessante action d’agents démidateurs (sic). — (Charles-Lucien Huard, Les trois majors : aventures drolatiques dans les cinq parties du monde et dans mille autres lieux, L. Boulanger, 1884, page 82)
    • Dans le bassin du Haut-Missouri, la région dite des Mauvaises Terres est constituée par un miocène inférieur dit étage du White River, puissant de plus de 300 mètres et très riche en mammifères, Tilanolherium, Oreodon, etc. — (Albert de Lapparent, Traité de géologie, F. Savy, 1883, page 1057)
    • Après sa jonction avec le Yellowstone, le Missouri prend la direction de l’E. et du S.-E. et traverse les deux Etats de Dakota N. et S. entre les Mauvaises Terres à l’O. et le Coteau du Missouri à l’E., sépare le Nebraska de l’Iowa, puis se dirigeant vers l’E., traverse de part en part l’Etat de Missouri, auquel il a donné son nom. — (Collectif, La grande encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, tome XVI, H. Lamirault, 1885-1902, page 534)
  2. (Par analogie) Nom donné à différents badlands des États-Unis, notamment dans le Dakota du Sud, mais aussi au Montana, Kansas, Wyoming, Oklahoma, etc.
    • On arrivait dans l’Etat de Nébraska, un des plus stériles de l’Union, et dont la majeure partie porte le nom caractéristique de « Mauvaises Terres ». Jamais appellation ne fut certes mieux justifiée, car ces plaines immenses et désertes ne laissent croître que des sauges, dont l’odeur forte se répand au loin. — (Louis-Henri Boussenard, Sans-le-sous, 1897, chapitre 5, page 46)

Variantes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Maximilian zu Wied-Neuwied, Reise in das innere Nord-America in den Jahren 1832 bis 1834, tome 1, J. Hœlscher, Coblence, 1839, pages 499-523
  2. Mark A. Gonzalez, Badlands of the Northern Great Plains: Hellwith the Fires Out, in Geomorphological Landscapes of the World, collectif, sous la direction de Piotr Migoń, Springer, 2010, page 29
  3. Joseph Leidy, The ancient fauna of Nebraska, Smithsonian Institution, 1852, page 10