aju

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : àju

Estonien[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

aju \Prononciation ?\

  1. (Anatomie) Cerveau.

Références[modifier le wikicode]

Indonésien[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe [modifier le wikicode]

aju \Prononciation ?\

  1. (Informel) Présenter.
  2. (Informel) Proposer.
    Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Kiptchak mamelouk[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

aju

  1. Ours.

Références[modifier le wikicode]

  • Ananiasz Zajączkowski, 1958, Vocabulaire arabe-kiptchak de l'époque de l'État mamelouk. Bulɣat al-muštāq fī luɣat at-turk wa-l-qifjāq. I-ère partie: Le nom, Varsovie, Państowe Wydawnictwo Naukowe.

Kotava[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Racine inventée arbitrairement.[1]

Nom commun [modifier le wikicode]

aju \ˈaȝu\

  1. Seizième, part valant un seizième.

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • « aju », dans Kotapedia


Néerlandais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

aju \a.jy\

  1. Salut, à la revoyure.

Synonymes[modifier le wikicode]

Taux de reconnaissance[modifier le wikicode]

En 2013, ce mot était reconnu par[2] :
  • 36,5 % des Flamands,
  • 84,1 % des Néerlandais.

Références[modifier le wikicode]

  1. Selon l'argumentaire développé par l'initiateur du kotava, cette langue ne tire pas des autres langues son vocabulaire.
  2. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]