barbier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : Barbier, barbièr

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Dérivé de barbe, avec le suffixe -ier.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
barbier barbiers
\baʁ.bje\
Un barbier en Inde (sens 1)

barbier \baʁ.bje\ masculin (pour une femme, on dit : barbière)

  1. (Métier) (Barbe, Coiffure) Celui dont le métier est de couper la barbe ou les cheveux.
    • C’était le mercredi 15 novembre de l’an de grâce 1665. Ce soir-là, il y avait petit souper et grande compagnie, rue Vieille-du-Temple, chez La Vienne, le baigneur à la mode, l'étuviste en renom, le barbier du monde élégant. — (Émile Gaboriau, Les Amours d’une Empoisonneuse, Paris : E. Dentu, 1881, p. 1)
    • Ce sont les plaies faites maladroitement, par les barbiers d’occasion, à l’aide de mauvais rasoirs, voire même de couteaux, plus ou moins bien affilés, qui créent des portes d’entrée à la contamination. — (Bulletin de la Société française de dermatologie et de syphiligraphie, vol. 20, Éditions Masson et Cie, 1909, p. 155)
    • Toilette du bataillon. Le barbier passe pour particulièrement francophile. Tout le monde va se raser chez lui. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Les activités qui faisaient partie de ce qu'on appelle aujourd'hui “les services”, notamment les porteurs, les déchargeurs et autres charretiers, tout comme les lavandières et les barbiers, étaient également exclues à cette époque des communautés de métier. — (« Comment est né le droit du travail au Moyen Âge ? », le 20 février 2024, France Culture (www.radiofrance.fr/franceculture))
    • Le meilleur barbier de France est à Brive, et il s’agit d’une barbière ! — (Nicolas Blanzat, « C’est une première : une barbière de Brive sacrée meilleur barbier de France ! », dans France Bleu, 30 novembre 2019 [texte intégral])
  2. (Québec) (Coiffure) Coiffeur pour homme, sans nécessairement qu’il coupe les barbes.
    • Ainsi, divers mots et expressions, courants au Québec au début du siècle, ont pratiquement disparu aujourd’hui. En voici… un barbier (un coiffeur) ; une bombe (une bouilloire) ; un haim (un hameçon) ; une pelle-à-feu (une sage-femme) ; etc. — (Mario Bélanger, Petit guide du parler québécois, Éd. Stanké, 1997)
  3. (Ichtyologie) Synonyme de barbier commun (poisson).
  4. (Ichtyologie) Synonyme de gobiésocidé ou porte-écuelle (poisson).
  5. (Vieilli) Chirurgien.
    • (...) bien te blesseras quelque hutte, dont tu languiras toute ta vie entre les mains des barbiers. — (Rabelais, Pantagruel roy des disposdes, chapitre XIV)
    • On sait fort bien que beaucoup de barbiers avaient ajouté à leurs multiples activités médicales ou dentaires la pratique de l’orchidectomie (la castration), avec des instruments plus que primitifs et dans des conditions d’hygiène que l’on peut imaginer. — (Patrick Barbier, Histoire des Castrats, Grasset , 1989, page 18)

Synonymes[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier le wikicode]

  • un barbier rase l’autre (se dit lorsque des gens d’une même profession, ou ayant un intérêt commun, se soutiennent, se louent réciproquement)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • barbier sur l’encyclopédie Wikipédia

Références[modifier le wikicode]

Ancien occitan[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

 Dérivé de barba, avec le suffixe -ier.

Nom commun [modifier le wikicode]

barbier \Prononciation ?\ masculin

  1. (Métier) Barbier.

Références[modifier le wikicode]

  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844 → consulter cet ouvrage