bolz

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Breton[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du moyen breton bols (« arc de pierre »)[1]. Emprunté au bas latin volsa, issu du latin volta, la de voluta (« arrondi »), ou à l’ancien français *volse d’où vient le mot voussure. → voir baot.[2]

Nom commun [modifier le wikicode]

Mutation Singulier Pluriel
Non muté bolz bolzioù
Adoucissante volz volzioù
Durcissante polz polzioù

bolz \ˈbɔls\ féminin

  1. Arche, arc de pierre.
    • Goude, eme Laouik, hor beuz ranket tremen dreist eur pont huel savet war eur volz vraz, biskoaz ne weljoun bolz evel houn-nez. — (Troude, Ar paotr Laouik hag ann aotrou Doue, in Nouveau dictionnaire pratique breton-français, Pariz, 1876, page 440)
      Ensuite, dit Laouik, nous avons dû passer sur un pont haut construit sur une grande arche, je n’avais jamais vu d’arche comme celle-là.
  2. Voûte.
    • An heol a zave lugernus a-uz d’an dremwel. An oabl a oa splann, digoumoul. Moug er cʼhornog, bolz an nenv a zislive d’ar glas dre ma selled d’an uhel, hag e tu ar reter e oa skedus evel eun tangwall. — (Jakez Riou, Lizer an hini maro, Brest, 1925, pages 25-26)
      Le soleil se levait resplendissant au-dessus de l’horizon. Le ciel était clair, sans nuage. Pourpre à l’ouest, la voûte céleste se décolorait vers le bleu quand on regardait vers le haut, et à l’est elle était brillante comme un incendie.
    • Mont a ri war-eün d’ar feunteun, hag ecʼh evi eur bannacʼhig dour e bolz da zourn kleiz. — (Gloada ar Prad, Marvailhou ar Vretoned e-tal an tan, e ti Prud’homme, Sant Brieg, 1907, page 27)
      Tu iras directement à la fontaine, et tu boiras un peu d’eau dans le creux (la voûte) de ta main gauche.
  3. (Par extension) Catafalque.
    • Hogen, e iliz katedral Landreger, oa ur volz eus ar re gaerañ, a yoa enni relegoù sant Ivon. — (Lan Inizan, Emgann Kergidu 1, Éditions Al Liamm, 1977, page 30)
      Mais, dans la cathédrale de Tréguier, il y avait un catafalque des plus beaux, qui contenait les reliques de saint Yves.

Dérivés[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Jehan LagadeucCatholicon, Tréguier, 1499
  2. Victor Henry, Lexique étymologique des termes les plus usuels du breton moderne, J. Plihon et L. Hervé, Rennes, 1900, 378 pageslire sur wikisouce