cahba

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De l’arabe قحبة, cahba (« prostituée »). Le mot tire sa racine du vieux verbe قَحَبَ qui veut dire (« tousser »)[1]. Selon al-Azhari cité par Lisân al-'Arab, "la prostitutée a reçu le nom cahba car, en Arabie préislamique, c’était par la toux qu’elle alertait ses demandeurs."[2] Ce « signe conventionnel », pratique surtout la nuit, permettait aux noctambules de reconnaître la tente ou la maison d’une prostituée[3]. Selon l’anthropologue algérien Malek Chebel, chez les Arabes cahba est « l’une des injures les plus fréquentes, aussi fréquente que « pédéraste » (attaï) du côté masculin »[4]. Le mot se décline aussi en verlan sous les formes de « barca » et « kabra »[5]. À propos du synonyme gaupe, Louis Marcel Devic suggère qu’il pourrait bien avoir été tiré de la racine « cahba », en passant au français à travers le mot du patois napolitain guappa[6].

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
cahba cahbas
\kah.ba\

cahba \kah.ba\ féminin

  1. (Vulgaire) (Péjoratif) Prostituée.
    • Sur l’ancien marché des esclaves, on avait élevé une estrade, où les plus expertes cahbas de Tunis trémoussaient leur ventre et poussaient des tremolos de joie en l’honneur de « notre maître » : Gouttelette-de-Musc se trouvait dans le nombre des élues et j’en éprouvai un rétrospectif orgueil. — (Revue de Paris, Juillet-Août 1909, Paris, 1909, p. 152)
    • Aïcha avait tout su ; elle attendait les parents de son mari, le sourire sur les lèvres. — Direz-vous encore, leur cria-t-elle du seuil de la maison, que j’ai empoisonné le père de mes enfants ? — Tais-toi, cahba ! lui répondit Saïd avec un geste de menace, et va-t’en ! — (E.V. Fenech, Récits et chasses d’Algérie, Philippeville, 1867, p. 67)
    • Pour la cahba seule (pour la charmoûla, comme on dit en Égypte), l’esprit musulman s’est relâché de l’espèce de loi somptuaire à laquelle il a condamné toutes les autres femmes : le bas à mailles coulés est la ceinture dorée de la cahba. — (Eusèbe de Salles, Les Carbonari ou l’anévrisme, Paris, 1869, p. 386)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Variantes[modifier le wikicode]

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]