camp volant

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : camp-volant

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Mot composé de camp et du participe présent du verbe voler.

Locution nominale 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
camp volant camps volants
\kɑ̃ vɔ.lɑ̃\

camp volant \kɑ̃ vɔ.lɑ̃\ masculin

  1. (Militaire) Corps de troupes qu’on déplaçait rapidement, spécialement pour observer l’ennemi et pour faire des incursions sur son territoire.
    • Il y a continuellement un détachement de la garnison du Para campé sur ses bords pour tenir en respect les nations indiennes qui les habitent, et pour favoriser le commerce des esclaves dans les limites prescrites par les lois de Portugal ; et, tous les ans, ce camp volant, à qui on donne le nom de « troupe de rachat », pénètre plus avant dans les terres. — (Charles-Marie de La Condamine, Voyage sur l'Amazone, La Découverte, p.91)
  2. Camp installé sommairement pour une courte durée par une troupe ou un groupe de campeurs en déplacement.
    • Je n’ai jamais habité de maison depuis le jour où j’ai fait monter d’Égypte les Israélites jusqu’aujourd’hui, mais j’étais en camp volant sous une tente et un abri. 2 Samuel VII, 6 (version Bible de Jérusalem).


Traductions[modifier le wikicode]

Locution nominale 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
camp volant camps volants
\kɑ̃ vɔ.lɑ̃\

camp volant \kɑ̃ vɔ.lɑ̃\ masculin et féminin identiquesNote : invariable dans l'orthographe traditionnelle.

  1. (Par métonymie) (Familier) Nomade vivant en campement mobile.
    • Seriez-vous un simple camp-volant, un nomade, un baladin ? demanda-t-il encore au garçon. — (André Dhôtel, Le Pays où l'on n'arrive jamais, 1955)
    • Il est hostile aux gens qui passent, les vagabonds, qu'il appelle traîne-bâton, traîne-savate, patassot, les forains qui sont des rabouins, des « romanichels », des « camp-volant » et jusqu'à une époque récente il n'apprécie guère les vacanciers, surtout si ce sont des Parigots. — (Jean Defrasne, Les Comtois : le pays, l'histoire, l'esprit, Cabedita, 2002, p.102)
  2. (Par extension) (Péjoratif) Celui ou celle qui n'est pas à demeure dans un endroit ou qui est exposé à se déplacer à tout moment.

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Hyperonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]