voler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(verbe 1) Du latin volare (« voler dans l’air »). (881) volat (« vola »).
(verbe 2) Du précédent, avec spécialisation du sens transitif en termes de fauconnerie. Il a supplanté rober (« dérober par force »), usuel jusqu’au XVIe siècle et embler (« dérober par la ruse »), usuel jusqu’au XVIIe siècle.

Verbe 1 [modifier le wikicode]

Un oiseau en train de voler (1).

voler \vɔ.le\ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Se maintenir dans les airs en battant des ailes.
    • Il est vrai que les hannetons et les chauves-souris, par exemple, ont une façon de voler qui nous semble déraisonnable ; mais elle ne le semble ainsi qu’à nous autres dont ce n’est pas la fonction de voler. — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
    • En avril 1872, les mouches de la Saint-Marc envahirent Paris et sa région. Elles volaient en abondance et venaient s'abattre sur les passants. L'apparition surprenante en nombre prodigieux de cet insecte fit craindre à certains l'annonce d'un fléau. — (Vincent Albouy, Des insectes en ville, Éditions Quae, 2017, p. 33)
  2. Se mouvoir dans l’air, en parlant des aéronefs.
    • Ils virent d’étranges aéronats qui volaient vers l’est, dans la direction des Açores. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 419 de l’éd. de 1921)
  3. (Aviation) Piloter un avion.
    • On volait certes, et dans des machines plus lourdes que l’air, mais il y avait aussi les chutes où parfois le moteur se brisait et parfois l’aéronaute, souvent les deux à la fois. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 17 de l’éd. de 1921)
    • Tout était oublié : nous volions et seule la marche du moteur m’intéressait. […] Notre existence d’aviateur est ainsi faite. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Cet aviateur a volé près de deux cents heures.
  4. Se mouvoir dans l’air avec une grande vitesse.
    • Les flèches volaient.
    • Le vent faisait voler les tuiles.
    • La bourrasque faisait voler la poussière.
  5. Envoyer en l’air.
    • Faire voler la tête de quelqu’un : La lui abattre d’un seul coup.
  6. (Par extension) Courir avec une grande vitesse.
    • Il ne court pas, il vole.
    • Voyant les attaques dont Marie était la victime, Pierre décida de voler à son secours.
    • (Figuré) Le temps vole.
    • (En particulier) Le bruit de ses hauts faits vole par toute la terre.
    • (En particulier) Sa renommée volait partout.

voler transitif

  1. (Fauconnerie) Poursuivre en volant, chasser d’autres oiseaux ou du gibier.
    • Le faucon, l’autour, le lanier apprennent facilement à voler d’autres oiseaux.
    • Cet oiseau vole la pie, vole le héron, vole la perdrix.

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Verbe 2[modifier le wikicode]

voler \vɔ.le\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. S’approprier le bien d’autrui ; prendre quelque chose à quelqu’un sans son accord ; dérober.
    • Sans rien dire, je découvris ma boîte de biscuit, et je constatai la disparition de plusieurs galettes... Mon factotum n'avait pu résister à la tentation et m'en avait volé cinq ou six. — (Camille Habert de Ginestet, Au Soudan: Excursion dans l'ouest africain, Paris : chez Delagrave, 1798, p. 168)
    • Surprenant un homme qui volait la ration d’un camarade, il l’invectiva et le frappa à la face. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 272 de l’éd. de 1921)
    • La politique du Japon rappelle le caractère de ses habitants : aimable et pleine de sollicitude à la face du monde, elle opprime, vole et massacre de l’autre côté du décor. — (Albert Gervais, Æsculape dans la Chine en révolte, Gallimard, 1953, p. 14)
  2. Prendre à l’improviste, sans que la personne concernée donne son consentement à l’action effectuée.
    • — Je vais te prouver que ses sequins ne sont pas fragiles. Et elle lui vola un baiser. — (Benoit Herbet, Rouge baiser: Un thriller psychologique, Éditions Ex Aequo, 2017)
  3. Plagier.
    • Si c'est la gauche, il peut alléguer que les hommes du drapeau rouge lui ont volé ses idées de progrès social dans la concorde nationale. Il est vital pour La Rocque de préserver son image de prophète de la fraternisation entre les classes sociales. — (Albert Kechichian, Les Croix-de-feu à l'âge des fascismes: Travail, famille, patrie, éc. Champ Vallon, 2014)
  4. Usurper.
    • Rémy avait, au Petit-Villemongin, une marraine, la mère Barbou, qui n’avait pas volé son nom. Elle était épicière ambulante et passait dans les villages avec sa voiture à grande bâche, où pendillait je ne sais tout quoi. — (Georges Lubin, « Une jolie attelée », dans Les Œuvres libres, 1949, n° 42, p. 182)
    • Il avait beau s'investir dans la vie du service, rappeler ses résultats au concours prouvant qu'il n’avait pas volé sa place, sa lutte était perdue d'avance. Comment pouvait-il combattre le scepticisme de ses collègues ? — (Rafaël Dupont, Comment je n'ai jamais travaillé avec Steven Spielberg, chez l'auteur/Lulu.com, 2015, p. 21)
  5. Ne pas mériter un désagrément qui survient, une sanction infligée ou, au contraire, une récompense reçue. Généralement en négation.
    • Ne pas l’avoir volé.
    • On conçoit que Voltaire soit immortel ; il ne l’a certes pas volé ! — (Charles-Augustin Sainte-Beuve, Nouveaux Lundis, tome X, 1866, p. 403)
    • Je commence à croire que nous n’avons pas volé le châtiment que le Sauveur nous inflige. — (Joris-Karl Huysmans, L’Oblat, t. 2, 1903, p. 210)
  6. (Commerce) Léser sciemment une personne dans ses intérêts pécuniaires, en prenant un bénéfice excessif ou en ne lui donnant pas tout ce qui lui est dû, escroquer ; gruger ; tondre.
    • Cette idée d’avoir de la marchandise à perte fouettait en elles l’âpreté de la femme, dont la jouissance d’acheteuse est doublée, quand elle croit voler le marchand. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883, p. 465)

Synonymes[modifier le wikicode]

Hyponymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France : écouter « voler [vɔ.le] »

Anagrammes[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • Aide sur le thésaurus voler figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : délinquance.

Références[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(880-1) volat a ciel (Séquence de sainte Eulalie). Du latin volare.

Verbe [modifier le wikicode]

voler \Prononciation ?\

  1. Voler (dans l’air).

Dérivés dans d’autres langues[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Catalan[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin volere.

Verbe [modifier le wikicode]

voler \Prononciation ?\

  1. Vouloir.
  2. (valencien) (baléare) Aimer (une personne).

Synonymes[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Interlingua[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe [modifier le wikicode]

voler \vo.ˈlɛr\ (conjugaison)

  1. Vouloir.

Occitan[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin volere.

Verbe [modifier le wikicode]

voler (graphie normalisée)

  1. Vouloir.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
voler
\Prononciation ?\
volers
\Prononciation ?\

voler (graphie normalisée) masculin

  1. Volonté.

Synonymes[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]