déchéance

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Dérivé de déchoir avec le suffixe -ance.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
déchéance déchéances
\de.ʃe.ɑ̃s\

déchéance \de.ʃe.ɑ̃s\ féminin

  1. Action de faire déchoir ou état de celui qui est déchu.
    • J’ai appelé l’attention sur le danger que présentent pour l’avenir d'une civilisa­tion les révolutions qui se produisent dans une ère de déchéance économique; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.IV, La grève prolétarienne, 1908, p.183)
    • Les bancs, malgré le froid, avaient leurs dormeurs recroquevillés, leurs miséreux, leurs ivrognes de chaque nuit. Cette déchéance m’emplit de pitié, de tristesse, […]. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Plus de deux siècles plus tard, Constant Coquelin, ému par la déchéance de quelque ancienne gloire des tréteaux, crée une maison de retraite pour comédiens. — (Christophe Barbier, Dictionnaire amoureux du théâtre, Plon, 2015)
    • Dès le 2 avril, le Sénat leur communique son intention de proclamer la déchéance de Napoléon. Un acte en bonne et due forme est rédigé le lendemain : il multiplie les attendus, presque tous inspirés du rapport Lainé de décembre 1813. — (Jean-Claude Berchet, Chateaubriand, Éditions Gallimard, 2014)
  2. (Droit) (Administration) Perte d’un droit.
    • À peine de déchéance. – Déchéance de privilège. – Prononcer une déchéance.

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]