perte

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : pèrte

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin perdĭta, participe passé féminin substantivé de perdĕre (« perdre »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
perte pertes
\pɛʁt\

perte \pɛʁt\ féminin

  1. Privation de quelque chose de précieux, d’agréable, de commode, qu’on avait.
    • La perte totale de ses biens lui imposa de changer complètement de vie.
    • Une maladie grave peut entraîner la perte de la parole et de la vue chez le madade...
    • Mentir à un ami peut causer la perte de ces bonnes grâces.
  2. (Jeux) Don des mises après échec.
    • Il a fait de grandes pertes au jeu.
    • Être en perte de telle somme, L’avoir perdue.
    • Quand je suis sorti, il était en perte de mille francs ; et absolument,
    • Se retirer sur sa perte, Quitter le jeu quand on perd ; et, figurément, Se retirer du commerce du monde ou des affaires, après un mauvais succès.
  3. (En particulier) Disparition de personnes dont on est privé par la mort.
    • Le monde géographique vient de faire une nouvelle perte dans la personne de notre compatriote, Edmond Musy, né à Viriat (Ain), en 1851, mort au mois de février, dans le département de l’Isère. (Bulletin de la Société de géographie de l’Ain, 1882, vol. 1-2, p.87)
    • L’opération a donc pris quatre jours. Elle a entraîné la perte de nombreuses vies humaines et d’une quantité de bêtes et de bagages. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 143)
    • Je prends part à la perte que vous avez faite, se dit à une personne qui vient de perdre un parent ou un ami, pour lui témoigner que l’on compatit à sa peine, qu’on partage son affliction.
  4. Les hommes tués ou blessés dans une bataille. Note : Alors il se met presque toujours au pluriel.
    • Les pertes de l’ennemi furent plus fortes que les nôtres.
    • Être repoussé avec perte, avec pertes, se dit au propre d’une Troupe qu’on fait reculer en lui tuant du monde ; et, figurément et familièrement, d’un Homme qui a un désavantage marqué dans une dispute, dans une contestation.
  5. Ce qui s’échappe ; ce qui se perd.
    • De surcroît, les pertes en ligne sont fortement réduites par l’utilisation du courant triphasé, qui tire parti des complémentarités entre les cycles des différentes phases. (Michel Gariépy , Michel Marié, Ces réseaux qui nous gouvernent?, L’Harmattan, 1997, p.89)
    • Une perte de gaz.
    • Dans ce canal il y a des pertes d’eau.
  6. (Spécialement) (Hydrologie & géomorphologie) Lieu où un cours d’eau disparaît en sous-sol.
    • A l’ouest du village de Mosnay, près du hameau des Jadrets, s’ouvre un gouffre explorable. Il s’agit de la perte d’un ruisseau coulant depuis le sud et qui, au nord de la D 30a, s’encaisse profondément dans un ravin […]. (Jacqueline Lorenz, Le Dogger du Berry: contribution à la connaissance des plates-formes carbonatées européennes du Jurassique, Éditions du BRGM, 1992, p.171)
  7. (Médecine) Hémorragie; menstrues ou règles abondantes.
    • Perte de sang, maladie qui survient quelquefois aux femmes et qui consiste en un écoulement de sang irrégulier et abondant.
    • Elle est sujette à des pertes de sang, à de grandes pertes de sang et, absolument, à des pertes, à de grandes pertes.
  8. Dommage, diminution de bien, de profit.
    • Ce négociant a trouvé plus de perte que de profit dans cette spéculation.
    • C’est à peine si dans cette affaire la perte est compensée par le gain, si les pertes sont couvertes par les profits.
    • Quand il mourrait, il n’y aurait pas grand-perte.
  9. (Comptabilité) Dépense d'argent, volontaire ou non.
    • Profits et pertes, Compte général où l’on inscrit les pertes et les gains de l’exercice et où l’on porte les entrées et les sorties extraordinaires.
    • Passer une créance au compte de profits et pertes, la passer par profits et pertes, La considérer comme définitivement perdue.
    • Il faut passer cela par profits et pertes, Il ne faut plus en tenir compte.
    • Vous aurez du mal à faire passer ça par pertes et profits. (Madeleine Chapsal, Meurtre en thalasso, Stock, p. 65).
  10. (Comptabilité) Déficit.
    • La crise économique fit réaliser des pertes à de nombreuses entreprises.
  11. Ruine, en ce qui regarde le gouvernement, la fortune, la réputation, les mœurs, etc.
    • Ce serait la perte des affaires, de l’état.
    • Il ne doit qu’à son imprudence la perte de son crédit, de sa fortune, de sa réputation.
    • Ce qu’il a entrepris causera sa perte, sera sa perte.
    • Courir à sa perte.
    • Jurer, résoudre la perte de quelqu’un, Résoudre, jurer sa mort, sa ruine.
    • (Théologie) La perte de l’âme, La damnation éternelle.
  12. Mauvais succès, d’un événement désavantageux dans une affaire, dans une entreprise, etc.
    • La perte d’un procès.
    • La perte d’un pari.
  13. Mauvais usage ou l’emploi inutile que l’on fait d’une chose.
    • Voilà une grande perte de temps.
    • C’est une perte irréparable que celle d’une jeunesse mal employée.
    • La perte d’une occasion si belle ne saurait causer trop de regrets.
  14. État de totale perdition ou de destruction.
    • Défoncé par le choc, le Vaterland se vit à deux doigts de sa perte ; il dégringola impétueusement, emportant avec lui, accroché dans son hélice brisée, l’aéroplane ennemi dont les pilotes tentaient l’abordage. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 253 de l’éd. de 1921)
    • Une fois engagé dans ces mers orageuses et ignorées, sa perte était certaine. Une tempête jeta dix-sept navires sur la côte d’Irlande […] (Frédéric Zurcher et Élie-Philippe Margollé, Les Naufrages célèbres, Hachette, Paris, 1873, 3e édition, 1877, p. 13)

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Ancien français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

perte \Prononciation ?\ féminin

  1. Perte.

Antonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés dans d’autres langues[modifier | modifier le wikicode]