effranger

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe [modifier le wikicode]

effranger \ɛ.fʁɑ̃.ʒe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’effranger)

  1. Effiler un tissu par les bords, de telle façon que les fils pendent comme une frange.
    • […] ces boutons arrachés, ces bas de pantalon qui s’effrangent et vous donnent l’air d’un misérable. — (Joris-Karl Huysmans, Marthe, histoire d’une fille, 1877)
    • Voici les signes avant-coureurs de la mort : dans les accès de folie, la phase du rire, fatale ; dans la démence, le geste répétitif d’effranger et de froisser les draps du lit, […]. — (Pline l’Ancien, Histoires de la nature, traduction de Danielle Sonnier, Éditions Jérôme Millon, 1994, p. 86)
    • (Par analogie)Au milieu s’étend une pelouse où deux fontaines au milieu d’une pièce plate font effranger à leurs vasques une eau qui ne tarit jamais. — (Théophile Gautier, Quand on voyage, p. 118, Lévy frères, 1865)
  2. (Pronominal) S’effilocher par l’effet d’une déchirure ou de l’usure.
    • Je fus appelé quelquefois à pénétrer dans cet endroit délicieux. Je me souviens encore que mon pied y foula un riche tapis sombre bien différent de la natte effrangée de ma chambre. — (Julien Green, Le voyageur sur la terre, 1927, Le Livre de Poche, pages 19-20)
    • Des tubes d'or recouvraient les deux extrémités libres de la ceinture, pour les empêcher de s’effranger. — (F. de Saulcy, Recherches sur le Costume sacerdotal chez les Juifs, dans Revue archéologique, vol. 20, p. 112, 1869)
    • (Par analogie)Souvent on voit la partie inférieure du nuage s’effranger en averses pour inonder de pluie les pentes basses, tandis que plus haut les vapeurs plus froides se déchargent de flocons de neige. — (Élisée Reclus, La Terre : Description des phénomènes de la vie du globe, vol. 1, p. 219, 1868)
    • (Figuré)Il y avait foule. Derrière la haie de soldats qui s’effrangeaient devant le carré réservé à l’échafaud commença à s’élever un brouhaha. — (Ivan Tourgueniev, L’Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]