façon

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : facon

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin factionem, accusatif de factio « pouvoir de faire ». Façon, venant de faire, a pris sans peine tous les sens qu’il a ou qu’il a eus, même celui de mine, visage ; pourtant il est possible que le latin facies ait agi pour donner anciennement à façon le sens de face. Mais, en aucun cas, façon ne peut venir de facies.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
façon façons
\fa.sɔ̃\

façon \fa.sɔ̃\ féminin

  1. Action de faire ; usité en ce sens seulement avec la préposition de, dans le style familier, et signifiant « par le fait de quelqu’un, par son œuvre ».
    • Il doit lancer contre elle un trait de ma façon. (François Tristan L’Hermite, La Mariane, II, 3)
    • Ce héros de ma façon sort un peu des règles de la tragédie […] (Pierre Corneille, Examen de Nicomède)
    • Je disais, en voyant des vers de sa façon […] (Molière, Le Misanthrope, I, 2)
    • Les uns ne voulaient point de Dieu ; les autres nous en donnaient un de leur façon […] (Jean-Baptiste Massillon, Sermon pour le jeudi après les Cendres sur la vérité de la religion, 3)
    • […] mais les œuvres de notre choix, nous nous y prêtons avec complaisance ; c’est un joug de notre façon, qui ne nous blesse jamais […] (Jean-Baptiste Massillon, Sermon pour le mercredi de la troisième semaine de Carême : Du véritable culte, 2)
    • Ce n’est pas là une imagination qui se joue, et qui substitue à la véritable idée des choses un fantôme de sa façon […] (Jean-Baptiste Massillon, Oraison funèbre de messire de Villeroy, archevêque de Lyon, 1)
  2. Manière, sorte.
    • C’est sa façon. On en parle d’une façon étrange. Une épître à la façon de Boileau.
    • […] au lieu que, revenant à examiner l’idée que j’avais d’un Être parfait, je trouvais que l’existence y était comprise en même façon qu’il est compris en celle d’un triangle que ses trois angles sont égaux à deux droits, ou […] (René Descartes, Discours de la méthode, IV, 5)
    • […] et qu’ils sont tellement accoutumés à ne rien considérer qu’en l’imaginant, qui est une façon de penser particulière pour les choses matérielles, que tout ce qui n’est pas imaginable leur semble n’être pas intelligible. (René Descartes, Discours de la méthode, IV, 6)
    • Et de quelle façon punissez-vous l’offense,
      si vous traitez ainsi les vœux de l’innocence ?
      (Pierre Corneille, Horace, III, 1)
    • […] sans dessein de justifier la façon dont je l’ai fait parler [Chimène] français. (Pierre Corneille, Le Cid, Avertissement)
    • La façon de donner vaut mieux que ce qu’on donne. (Pierre Corneille, Le Menteur, I, 1)
    • Et, de quelque façon que l’on me considère. (Pierre Corneille, Cinna, I, 2)
    • De la façon enfin qu’avec toi j’ai vécu. (Pierre Corneille, Cinna, V, 1)
    • Et de quelle façon est-ce écouter des vœux
      Qu’obliger un amant à travailler contre eux ?
      (Pierre Corneille, Pertharite II, 2)
    • Monsieur le mort, laissez-nous faire ; on vous en donnera de toutes les façons ; il ne s’agit que du salaire. (Jean de la Fontaine, Fables, livre VII, 11 (Le Curé et le mort))
    • On obtient tout de moi quand on s’y prend de la bonne façon. (Molière, Les Précieuses ridicules, 8)
    • […] Et qu’enfin tout le mal, quoique le monde glose,
      n’est que dans la façon de recevoir la chose […]
      (Molière, L’École des femmes, IV, 8)
    • La vilaine façon de parler que voilà ! (Molière, Le Mariage forcé, 16)
    • Hélas ! De la façon qu’il parle, serait-il bien possible qu’il ne dît pas vrai ? (Molière, Le Malade imaginaire, I, 4)
    • Il semble, de la façon que vous parlez, que la vérité dépende de notre volonté. (Blaise Pascal, Les Provinciales, 8 (Maximes corrompues des casuistes…), 28 mai 1656)
    • Ma santé est détestable, mais je suis heureux autant qu’un vieux malade peut l’être. Votre façon d’être heureux est d’une espèce toute différente. (Voltaire, Correspondance, année 1767 : À M. de Chabanon, 20 novembre)
    • […] car, quand il s’agit de faire parler les passions, tous les hommes ont presque les mêmes idées ; mais la façon de les exprimer distingue l’homme d’esprit d’avec celui qui n’en a point […] (Voltaire, Marianne, Préface)
    • Si c’était pour négocier la paix, il viendrait ici faire une bonne œuvre ; car nous en avons grand besoin, à la façon dont nous faisons la guerre. (Jean le Rond D’Alembert, Correspondance de Frédéric [le Grand] avec d’Alembert, 30 juillet 1781)
    • Que tous ces impôts qu’on lève sur nous en tant de façons vont en leur poche [des courtisans] et non pas dans celle du roi. (Paul Louis Courier, Aux âmes dévotes)
    • La façon de donner vaut mieux que ce qu’on donne : (Proverbial) On ajoute au prix de ce qu’on donne par l’amabilité avec laquelle on le donne.
    • C’était une façon de parler : Ce que je dis, ce qu’il dit ne doit pas être pris à la lettre, à la rigueur.
  3. Travail de l’artisan qui a fait quelque chose.
    • Il peut y ajouter [à une matière] des couleurs et de la façon par le dessus, mais non pas lui donner aucune bonté intérieure. (Louis-Guez de Balzac, De la cour, 2e discours)
    • Tout montre combien la façon de l’ouvrier surpasse la vile matière qu’il a mise en œuvre […] (François de Salignac de la Mothe Fénelon, De l’existence de Dieu, 29)
    • […] il finit en m’assurant qu’il en connaissait un [tailleur] qui avait des mœurs, qui se contentait de ses façons, sans escamoter le moindre morceau de drap, et qui me servirait bien. (Alain René Lesage, Histoire de Guzman d’Alfarache, VI, 1)
    • Nos têtes seraient mal de la façon de l’Auteur de notre être : il nous les faut façonner au dehors par les sages-femmes, et au dedans par les philosophes. (Jean-Jacques Rousseau, Émile, I)
    • Venu à sa dernière façon : Achevé.
    • Un livre parvenu à sa dernière façon. (Desfontaines, Mémoires de Trévoux)
  4. Manière propre d’un écrivain, d’un artiste.
    • La seconde façon d’un auteur est la critique de la première […] (Olivet, Histoire de l’Académie françoise, tome II, XIV (Olivier Patru))
    • On dit dans le même sens façon de faire.
    • Eh bien ! Un jeune-homme doit-il être le copiste de la façon de faire de ces Auteurs ? (Pierre de Marivaux, Le Spectateur françois, VII)
  5. (Familier) Air, mine, maintien, port d’une personne.
    • Un homme, une femme de bonne façon.
    • Avoir bonne façon, mauvaise façon.
    • Monsieur un tel a fort bonne façon.
    • Certes, ou je me trompe, ou déjà la victoire, qui son plus grand honneur de tes palmes attend, est aux bords de Charente en son habit de gloire pour te rendre content ; que sa façon est brave et sa mine assurée ! (François de Malherbe, II, 12)
    • Comme il continuoit cette vieille chanson,
      Voici venir quelqu’un d’assez pauvre façon.
      (Abbé Mathurin Régnier, Satires VIII (L’Importun, ou le Fâcheux))
    • Sa mine, ses façons, tout me le rend suspect. (Hauteroche, Les Bourgeoises de qualité, IV, 9)
    • Bien fait et beau, d’agréable façon. (Jean de la Fontaine, Aveux)
    • Étonné d’un tel discours, selon lequel tous les péchés de surprise, et ceux qu’on fait dans un entier oubli de Dieu, ne pourraient être imputés, je me tournai vers mon janséniste, et je connus bien, à sa façon, qu’il n’en croyait rien. (Blaise Pascal, Les Provinciales, 4 (De la grâce actuelle))
  6. (En particulier) Pour manière cérémonieuse et gênante de témoigner ses égards, sa politesse, sa circonspection, sa retenue.
    • Recevoir, traiter quelqu’un sans façon.
    • J’en use sans façon avec vous.
    • Il m’a accordé cela sans façons.
    • Assieds-toi, Camille. Tu sais bien qu'il n'est pas besoin de façons entre nous ... (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. VII, Gallimard, 1937)
    • À force de façons il assomme le monde. (Molière, Le Misanthrope, II, 5)
    • Mon Dieu, que de façons ! Gardez la bague puisque monsieur le veut. (Molière, L’Avare, III, 12)
    • Familièrement.
    • Ne faites point tant de façons, ou, simplement, point tant de façons : Faites, sans plus de cérémonies, la chose dont il s’agit.
    • Point de façon, je vous conjure ;
      Entrons vite dans la maison.
      (Molière, Amphitryon, III, 6)
  7. (Au pluriel) Manières propres à une personne, de ses actions, de ses procédés.
    • […], je vénère Faulkner et je ne peux oublier qu’en vérité c’est un pochetron, un pochetron honteux qui se cachait sous des façons collet monté. (Pierre Michon, Le Roi vient quand il veut : Propos sur la littérature, Albin Michel, 2007)
    • Cette femme a des façons fort engageantes.
    • Vos façons ne me conviennent point.
  8. (Au pluriel) Manières affectées ; ton.
    • C’est une femme pleine de façons.
    • Croyez-moi, celles qui font tant de façons n’en sont pas estimées plus femmes de bien […] (Molière, La Critique de l’École des femmes, 3)
    • Je pourrais vous demander encore si ce ne sont pas ici les façons du rang et de la naissance, plutôt que des besoins réels et effectifs ? (Jean-Baptiste Massillon, Premier sermon pour le mercredi des Cendres : Sur le jeûne)
  9. Se dit également quelquefois des difficultés qu’une personne fait de se déterminer à quelque chose.
    • Il fait des façons pour accepter ce présent.
    • Il y fit d’abord quelques façons, puis il céda.
    • Que signifient toutes ces façons ?
    • Qu’elle y fait de façons ! (Pierre Corneille, Le Menteur IV, 6)
    • Votre plus court sera, madame la mutine,
      D’accepter sans façon l’époux qu’on vous destine.
      (Molière, Sganarelle, ou le Cocu imaginaire, 1)
    • Ah ! Je vous entends, voilà l’affaire, que diable, pourquoi tant de façons ? Monsieur, le mystère est découvert, et… (Molière, L’Amour médecin, I, 3)
    • Que de sottes façons et que de badinages ! (Molière, Mélicerte, I, 3)
    • Sa femme fit quelque peu de façons,
      N’ayant le temps d’en faire davantage.
      (Jean de la Fontaine, Contes, III, 3 (Les Rémois))
    • Ils ne font point tant de façons pour se marier. (Marquise de Sévigné, 126)
    • On dit que cette dernière [une dame] est repoussée [n’est pas faite dame d’honneur de la Dauphine], parce qu’elle a fait trop de façons et trop de propositions. (Marquise de Sévigné, 397)
    • Hé ! Faut-il tant tourner autour du pot ? […] Pour moi, je ne sais point tant faire de façon […] (Jean Racine, Les Plaideurs, III, 3)
    • Ce ne fut pas sans beaucoup de façons qu’il y consentit […] (Antoine Hamilton, Mémoires de Grammont, 3)
    • Mon cher capitaine, vous qui êtes jeune, riez des barbons qui font des façons à la porte du néant. (Voltaire, Lettres en vers et en prose, 160 (À M. Dupuits), 23 décembre 1768)
  10. (Au pluriel) Se dit des manières, des procédés dont on use.
    • Les enfants ont de petites façons qui plaisent.
    • Lui voir les mêmes petites façons qu’elle faisait à l’autre. (Marquise de Sévigné, 163)
    • On dit que voilà comme il faudrait vivre dans le monde et non pas comme tels et telles à qui la dévotion a gâté l’esprit, et qui décrient la véritable piété par des façons sauvages et des singularités indiscrètes. (Jean-Baptiste Massillon, Sermon pour le jeudi de la deuxième semaine de Carême: Le Mauvais Riche)
    • J’avais des grâces et de petites façons qui n’étaient point ordinaires. (Pierre de Marivaux, Marianne, 1ère part)
    • […] Thaïs, vous êtes un insolent, je ne suis point faite à ces façons-là. (Claude Henri de Fusée, abbé de Voisenon, Le Sultan Misapouf et la princesse Grisemine : Histoire de la sultane Grisemine)
  11. Soin, attention, circonspection.
    • Cela ne mérite pas qu’on apporte tant de façons.
    • J’en savais assez déjà pour juger qu’on ne fait pas tant de façon à la réception d’un laquais. (Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, III)
    • La comtesse : Quoi ! Suzon, il voulait te séduire ? - Suzanne : Oh que non ; monseigneur n’y met pas tant de façon avec sa servante ; il voulait m’acheter. (Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, II, 1)
  12. (Par analogie) Apparence de certaines choses.
    • Ce rôti, cet habit a bonne façon, mauvaise façon.
    • C’est une façon de bel esprit, c’est une façon de brave, etc. : (Familier) Se dit de quelqu’un qui a quelque chose du bel esprit, du brave, etc., et qui n’en a guère que l’apparence.
  13. (Droit) (Histoire) Travail d’un greffier pour dresser un arrêt.
    • La façon d’un arrêt.
  14. (Économie) (Politique) Chacune des opérations destinées à créer ou à accroître l’utilité d’un produit ; ou chaque degré d’élaboration d’un produit accompli par un producteur différent.
    • Toutes les fois qu’une façon ne contribue pas à créer, ou bien à augmenter la valeur d’un produit, elle n’est pas productive. (Jean-Baptiste Say, Épitome des principes fondamentaux de l’économie politique : façons productives)
    • Toutes ces différentes ventes, tous ces achats […] ont été nécessaires pour que le coton du Brésil fût porté en robes de toile peinte ; ce sont autant de façons productives données à ce produit ; et plus ces façons auront été rapides, plus cette production se sera faite avec avantage ; mais si, dans une même ville, on achetait et vendait, plusieurs fois, une année durant, la même marchandise sans lui donner une nouvelle façon, cette circulation serait funeste au lieu d’être avantageuse, et augmenterait les frais au lieu de les épargner. (Jean-Baptiste Say, Traité d’économie politique, livre I, chapitre 16, 1819)
  15. (Agriculture) Opération qui a pour but le travail, l’ameublissement de la terre.
    • Les labours, hersages, etc., sont des façons. — Donner une première, une seconde façon à la vigne, aux champs.
    • […] ce qui le portera non seulement à bien cultiver ses possessions et à les mettre en état de rendre tout ce qu’on en peut attendre quand elles ont eu toutes les façons nécessaires […] (Vauban, Les Oisivetés de Monsieur de Vauban : Projet de dîme royale)
    • Donner une façon à la vigne du Seigneur : (Figuré) Travailler à la propagation de doctrines qu’on juge bonnes.
    • Il [le patriarche de Ferney : Voltaire] est mieux, et j’espère qu’il pourra encore, comme il le dit, donner quelque façon à la vigne du Seigneur. (Jean le Rond D’Alembert, Correspondance avec le roi de Prusse, 9 avril 1773)
  16. (Désuet) L’enfant fait à une femme. — Note : on utilisait la forme de la façon de.
    • Mais, monsieur, entre nous, quand de votre façon,
      Vous aurez, s’il se peut encor, garçon ou fille […]
      (Jean-François Regnard, Le Distrait, I, 4)
    • […] la princesse Honoria, sœur de Valentinien III, lui proposa de l’épouser. Elle lui envoya son anneau pour gage de sa foi ; mais avant qu’elle eût réponse d’Attila, elle était déjà grosse de la façon d’un de ses domestiques. (Voltaire, Essai sur les mœurs, 11)
  17. (Désuet) (Bijouterie) Ornement broché à l’extrémité des coins d’une paire de bas.
  18. (Au pluriel) Les apprêts que l’on fait subir à certains objets pour les employer.
    • Les mets seraient servis sans ordre, l’appétit dispenserait des façons […] (Jean-Jacques Rousseau, Émile, IV)
    • […] la moitié des équipages reste à terre pour donner à la Morue les façons dont elle a besoin. L’autre moitié s’embarque sur les bateaux. (Abbé Raynal, Histoire philosophique et politique des établissemens & du commerce des Européens dans les deux Indes, XVII, 13)
  19. (Au pluriel) (Marine) Les courbes données à la carène, à l’avant, à l’arrière d’un bâtiment.
    • Les façons d’un bâtiment.

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Ce ou ces termes devraient être créés dans des articles séparés.

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]