escarcelle

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De l'ancien occitan escarcela, qui vient de l'italien scarsella, de scarso (« avare ») (ref. Larousse.fr).

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
escarcelle escarcelles
\ɛs.kaʁ.sɛl\

escarcelle \ɛs.kaʁ.sɛl\ féminin

  1. Grande bourse que l’on portait autrefois pendue à la ceinture.
    • Il mettait dans la serrure la petite clef compliquée qu’il portait toujours sur lui dans l’escarcelle pendue à son côté — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • L’escarcelle ou escharcelle tirait son nom du vieux mot français eschars qui signifiait avare ou au moins économe. La bourse était surtout affectée à la dépense, l’escarcelle plutôt à la recette ; les pèlerins, qui recevaient plus qu’ils ne donnaient, ne se mettaient jamais en route sans escarcelle. — (Alfred Franklin, Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le treizième siècle, H. Welter, 1906, p. 310)
  2. (Aujourd'hui) (Familier) Porte-monnaie ; portefeuille.
    • Afin de se montrer dignes de leurs illustres protectrices, les petites bourgeoises ne craignent pas de mettre à sec l’escarcelle du ménage pour se procurer les parures enviées. — (Jean Vaucheret, Les Mangeurs de peuples, Madre, 1871, p. 16)
    • Mais Césarin ne procédait pas toujours par intimidation ; il avait, au contraire, pour attendrir ses concitoyens et se faire ouvrir leurs escarcelles, recours le plus souvent à la ruse et la flagornerie. — (Albert Cim, Césarin, histoire d’un vagabond, 1897)
    • Toutes sortes de firmes, par le moyen de leurs succursales, lancent vers lui, ou plutôt vers son escarcelle, leurs tentacules émoustillants, titillants et aspirants. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

Synonymes[modifier]


Traductions[modifier]

Références[modifier]