avare

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Avare

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1527) Du latin avarus (« avide »). Le sens latin fut gardé jusqu’au XVIIIe siècle en sus de « qui aime entasser l’argent. » (XIIe siècle) aver en ancien français, de avere « désirer vivement ».

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
avare avares
\a.vaʁ\

avare \a.vaʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui a un désir excessif d’accumuler.
    • Ma femme […] m’invectivait, réclamant toujours quelque argent, que je ne pouvais lui donner. Et elle me traitait d’avare, de grippe-sous, de sans-cœur. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • Et quand il n’y aurait qu’un vers heureux à se voler à soi-même, il ne faut rien négliger : les vieillards sont un peu avares. — (Voltaire, Lettre à d’Argental, 27 octobre 1760)
    • Il ne faut ni vigueur, ni jeunesse, ni santé pour être avare. — (Jean de la Bruyère, 11)
    • Tu céderas, ou tu tomberas sous ce vainqueur, Alger, riche des dépouilles de la chrétienté. Tu disais en ton cœur avare : Je tiens la mer sous mes lois, et les nations sont ma proie. — (Bossuet, Oraison funèbre de Marie-Thérèse d’Autriche, infante d’Espagne, reine de France et de Navarre, prononcée à Saint-Denis, le 1er de septembre 1683, dans Œuvres de Bossuet, tome deuxième : Oraisons funèbres — Sermons, Firmin Didot Frères, Libraires, Paris, 1841)
    • Son naturel… Le fit, dans une avare et sordide famille,
      Chercher un monstre affreux sous le nom d’une fille.
      — (Nicolas Boileau, Satires, X)
  2. (Figuré) Qui ne donne pas facilement une chose, qui en est très économe.
    • Quoi que le sort te donne, il t’est encore avare,
      S’il pèse ton mérite et mon affection.
      — (Jean de Rotrou, Bélisaire III, 7)
    • En vain vous espérez qu’un dieu vous le renvoie ; Et l’avare Enquérons ne lâche pas sa proie. Ainsi il continue le mouvement. — (Jean Racine, Phèdre, II, 5)
    • C’était un voyage qu’une petite troupe eût eu assez de peine à faire quand même elle n’eût point eu d’attirail, car il y a grande disette d’eau par toute cette contrée, et le ciel lui en est aussi avare que la terre. — (Quinte-Curce, Vie d’Alexandre, livre IV, traduction de Claude Favre de Vaugelas, 231)
    • Et tout ce que des mains de cette reine avare Vous avez pu sauver et de riche et de rare. — (Jean Racine, Athalie, IV, 2)
    • Le nôtre [notre cœur] s’endurcit, la repouſſe, l’égare : Le bras qui la verſait [la grâce] en devient plus avare ; Et cette ſainte ardeur qui doit porter au bien, Tombe plus rarement, ou n’opère plus rien. — (Pierre Corneille, Polyeucte I, 1)
  3. (Suivi de la préposition de) Qui n’accorde pas, qui ne prodigue pas.
    • Il est avare de son temps.
    • Marius de leur sang eût été moins avare ; Sylla les eût punis. — (Voltaire, La Mort de César I, 4)
    • Je me plains seulement de ce pays barbare
      Qui de six pieds de terre à son prince est avare.
      — (Jean de Rotrou, Antigone, IV, 3)
    • Avare du secours que j’attends de tes soins. — (Jean Racine, Phèdre, IV, 2)
    • La première [fille d’honneur de la duchesse], que son mari n’avait pas assurément épousée pour ses beaux yeux, était faite comme la plupart des riches héritières, pour qui l’équitable nature semble avare de ses richesses à mesure qu’elles sont comblées de celles de la fortune. — (Antoine Hamilton, Mémoires de Grammont 7)
    • Autrement dit, Perrault, à juste titre réputé pour être un auteur concis, génialement et essentiellement avare de mots et de phrases, paraît en la circonstance perdre des lignes, trop de lignes, à rendre inutilement évidentes des dénominations déjà par elles-mêmes fort claires. — (Bernard Dubourg, L’Invention de Jésus, tome I, « L’Hébreu du Nouveau Testament », Éditions Gallimard, Paris, 1987, pp. 39-40)

Synonymes[modifier]

Quasi-synonymes[modifier]

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
avare avares
\a.vaʁ\

avare \a.vaʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Personne avare.
    • C’est un avare.
    • Une vieille avare.
    • Je n’ai pu rien tirer de cet avare.
    • L’Harpagon de Molière, le père Grandet de Balzac, l’Ebenezer Scrooge de Charles Dickens sont trois types de l’avare.

Synonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

  • France  : écouter « avare [a.vaʁ] »

Paronymes[modifier]

Références[modifier]

Italien[modifier]

Forme d’adjectif 1 [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin avaro
\a.ˈva.ro\
avari
\a.ˈva.ri\
Féminin avara
\a.ˈva.ra\
avare
\a.ˈva.re\

avare \a.ˈva.re\

  1. Féminin pluriel de avaro.

Forme d’adjectif 2[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin avaro
\a.ˈva.ro\
avari
\a.ˈva.ri\
Féminin avara
\a.ˈva.ra\
avare
\a.ˈva.re\

avare \a.ˈva.re\

  1. Féminin pluriel de avaro.

Forme de nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
avara
\a.ˈva.ra\
avare
\a.ˈva.re\

avare \a.ˈva.re\ féminin

  1. Pluriel de avara.

Occitan[modifier]

Étymologie[modifier]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Adjectif [modifier]

avare \Prononciation ?\

  1. Avare.

Nom commun [modifier]

avare \Prononciation ?\ masculin

  1. Avare.