fraisier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : Fraisier

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XVIe siècle) Du moyen français fraisier, de l’ancien français frasier[1], dérivé avec le suffixe -ier, du latin fragum (« fraise, fraisier »).
Synchroniquement, dérivé de fraise, avec le suffixe -ier.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
fraisier fraisiers
\fʁe.zje\
Un fraisier. (1)
Un fraisier. (2)

fraisier \fʁe.zje\ masculin

  1. (Botanique) Petite plante vivace de la famille des rosacées (du genre Fragaria), qui produit les fraises et dont la fleur est blanche.
    • Le fraisier a pour nom scientifique Fragaria. — (Jean-Marie Polese, La culture des fruits rouges, 2005)
    • Jusqu’à la fin du XVIe siècle, on n’a connu en Europe que le fraisier des bois (Fragaria vesca), à petits fruits très parfumés. Nos fraisiers à gros fruits actuels résultent d’hybridations entre deux espèces américaines: Fragaria virginiana (Est des États-Unis) et F. chiloensis (côtes pacifiques des Amériques Nord et Sud). — (Charles-Marie Messiaen, Fabienne Messiaen-Pagotto, Le potager familial méditerranéen, 2009, page 161)
    • Du haut de la terrasse, il vit des jardiniers occupés à enlever les traînasses des fraisiers afin de conserver les pieds les plus vigoureux. — (Michèle Barrière, Meurtres au potager du Roy, Le Livre de Poche, 2010, chapitre 19)
    • Dans le calendrier républicain c'était le 11e jour dans le mois de prairial, le jour de la fraise. La fraise est le fruit (en réalité un faux-fruit) du fraisier, plante herbacée du genre « Fragaria » de la famille des Rosacées. — (Jean Mayet, 365 jours ou Les Éphémérides allant du XVIe au XXe siècle, Mon Petit Éditeur, 2013, page 301)
    • Le fraisier est le végétal qui donne les fraises. — (François Couplan, Les plantes et leurs noms: Histoires insolites, 2012, page 61)
    • Le nom latin du fraisier, Fragaria, vient du verbe fragrare, embaumer, par allusion au fort arôme que dégagent les fraises. — (Jean-Marie Pelt, Des fruits, 2014)
  2. (Cuisine) Gâteau superposant génoise, crème et fraises.
    • Françoise bouscule la foule qui se presse autour de la caisse, elle s’assure, parmi les bavaroises, les amandines, les fraisiers, les forêts noires, les charlottes aux abricots, les barquettes aux marrons, les choux à la crème, qu’il reste son dessert favori, dans sa pâte onctueuse au rhum, le mille-feuille qu’elle commandera, à peine assise dans cette table dans le second salon où elle s’assoit, collée contre la vitre malgré le froid du carreau, elle garde sur les épaules son manteau de grosse laine et son châle, et elle sourit à la serveuse qui la salue du rituel : « Comment va-t-on aujourd'hui ? », « Mais le mieux du monde ». — (Yves-Michel Ergal, Les sept mois de Sabine Noël, 1985)
    • Le fraisier est sans conteste un dessert de saison, celle des communions, des mariages et des baptêmes. Au mois de mai disons, lorsque les banquets et autres réunions de , famille se déroulent dans le jardin, c'est ce grand classique de la gastronomie française qui trône au milieu de la table. — (Alain Bauer, Laurent Plantier, Les 100 mots de la gastronomie, 2013)

Dérivés[modifier le wikicode]

Hyperonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin fraisier
\fʁe.zje\
fraisiers
\fʁe.zje\
Féminin fraisière
\fʁe.zjɛʁ\
fraisières
\fʁe.zjɛʁ\

fraisier \fʁe.zje\

  1. (Géographie) Relatif à Frais, commune française située dans le Territoire de Belfort.

Prononciation[modifier le wikicode]

Homophones[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien occitan[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Dérivé du latin fragum.

Nom commun [modifier le wikicode]

fraisier masculin

  1. (Botanique) Fraisier.

Références[modifier le wikicode]

  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844 → consulter cet ouvrage