gredin

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XVIIe siècle) Avec, pour variantes dialectales, dans la région de Villefranche gredan « gredin », du Centre gueurdaud « mendiant », du Berry gredot « vagabond », du moyen-néerlandais gredich (« avide ») et adaptation du suffixe.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin gredin
\ɡʁǝ.dɛ̃\
gredins
\ɡʁǝ.dɛ̃\
Féminin gredine
\ɡʁǝ.din\
gredines
\ɡʁǝ.din\

gredin masculin

  1. Personne malfaisante, dénuée de toute valeur morale, ne méritant aucune considération.
    • Les gredins qui opèrent ne cherchent qu’à soulager de numéraire à leur bénéfice quelques Trésors publics, nullement à nuire à leur pays. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
  2. (Sens atténué) Coquin ; canaille ; fripon.
    • J’en reviens toujours à mon vieil exemple de Boileau : ce gredin-là vivra autant que Molière, que la langue française, et c’était pourtant un des moins poètes des poètes. (Gustave Flaubert, Correspondance, lettre à Louise Colet, 27-28 février 1853)
    • Il les aurait gardées les bouteilles. Assurément personne ne se serait aventuré à pénétrer dans sa réserve sans qu'il ne bondisse aussitôt sur le gredin une zerouata à la main. (Ahmed Ismaïli, Le rêveur, le vendeur et les voleurs, dans Côté Maroc, Rabat : Éditions Marsam, 2007, tome 4, p.128)
  3. Petit épagneul anglais à long poils noirs.
    • ... le gredin qui est un petit épagneul noir, et le pyrame, qui ne diffère que du gredin que par les taches de feu. (Jacques-Joseph Baudrillart,Pierre Etienne Herbin de la Halle,de Quingery, Traité général des eaux et forêts, chasses et pêches, Volume 8, Paris 1834, page 295).

Synonymes[modifier]

→ voir salaud

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]