ibex

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin.

Nom commun [modifier le wikicode]

ibex \Prononciation ?\ masculin

  1. (Zoologie) Synonyme de bouquetin (caprin).
    • Timopht s'élança avec la rapidité de l'ibex pour exécuter les ordres du pharaon — (Théophile Gautier, Le Roman de la momie, Fasquelle, 1899)
  2. (Zoologie) Synonyme de bouquetin des Alpes (caprin).

Latin[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Isidore de Séville, parfois très créatif, le rapproche de ibis (voir citation ci-dessous). On [1] le rapproche de l’espagnol becerro (« veau ») → voir becerrada, bouc et bique.

Nom commun [modifier le wikicode]

Cas Singulier Pluriel
Nominatif ibex ibicēs
Vocatif ibex ibicēs
Accusatif ibicem ibicēs
Génitif ibicis ibicum
Datif ibicī ibicibus
Ablatif ibicĕ ibicibus

ībex \Prononciation ?\ masculin

  1. Chamois, bouquetin.
    • caprae tamen in plurimas similitudines transfigurantur. sunt caprae, sunt rupicaprae, sunt ibices pernicitatis mirandae, quamquam onerato capite vastis cornibus gladiorum ceu vaginis. in haec se librat, ut tormento aliquo rotatus, in petras potissimum, e monte aliquo in alium transilire quaerens, atque recussu pernicius quo libuit exultat. sunt et oryges, soli quibusdam dicti contrario pilo vestiri et ad caput verso. sunt et dammae et pygargi et strepsicerotes multaque alia haut dissimilia. sed illa Alpes, haec transmarini situs mittunt. — (Pline, Naturalis Historia, VIII)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)
    • Idem autem et capreae: idem ibices, quasi avices, eo quod ad instar avium ardua et excelsa teneant et in sublime inhabitant, ita ut de sublimitate vix humanis obtutibus pateant. Vnde et meridiana pars ibices aves vocant, qui Nili fluentis inhabitant. Haec itaque animalia, ut diximus, in petris altissimis commorantur, et si quando ferarum vel hominum adversitatem persenserint, de altissimis saxorum cacuminibus sese praecipitantes in suis [se] cornibus inlaesa suscipiunt. — (Isidore de Séville, Etymologiarum libri XX, XII, 1, 16)
      Il en est ainsi également des chèvres sauvages : par exemple les bouquetins, pratiquement des avices (1), qui atteignent les endroits escarpés et élevés, à l'image des oiseaux, et habitent en hauteur, étant ainsi difficilement visibles par les regards humains. D'où les contrées du sud appellent-elles ibices (2) les oiseaux qui habitent le Nil. Ainsi ces animaux, comme nous l'avons dit, habitent dans les parties rocheuses les plus élevées, et quand ils sentent l'hostilité des bêtes sauvages et des hommes, se précipitant depuis les plus hauts sommets rocheux, ils les soulèvent d'un coup de cornes sans se blesser.
      (1) (N.D.T. : Isidore forge ici un mot en utilisant avis et le suffixe -icus)
      (2) (N.D.T. : l'auteur fait un jeu de mots en forgeant le mot avec le mot latin ibis et le suffixe -icus)

Variantes[modifier le wikicode]

Dérivés dans d’autres langues[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]