malfaire

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Déjà au XVe siècle) Dérivé de faire avec le préfixe mal-.
  • Las ! aujourd'uy l'on desassorte
    Trestous les bons et les deffont :
    La planete court de tel sorte
    Que l'on fait tous ceulx qui malfont,
    Et des biens des bons les refont.
    — (Le Prisonnier desconforté du Château de Loches : Poème inédit du XVe siècle, avec une introduction, des notes, un glossaire et deux fac-similés, §. 22, vers 310-314, édité par Pierre Champion, Paris : chez A. Champion, 1909, p. 11)

Verbe [modifier le wikicode]

malfaire \mal.fɛʁ\ (voir la conjugaison) intransitif

  1. Faire du mal.
    • Voici les dispositions de ce traité qui fut signé à Lille le 28 avril 1424:
      1° Les bourgeois , manants et habitants de Tournai et de sa banlieue pourront librement et paisiblement aller , converser , passer , repasser et séjourner marchandement et d'autre manière par tous les pays de Flandre et d'Artois , compris les châtellenies de Lille , Douai et Orchies , et aussi dans le comté de Hainaut, à condition que si quelqu'un d'eux malfaisait dans lesdits pays, il en serait puni par justice; […].
      — (« Extraits des anciens registres aux délibérations des consaux de la ville de Tournai : registre commençant le 13 octobre 1422 et finissant au 5 juin 1425 », dans les Mémoires de la Société Historique et Littéraire de Tournai, tome 8, Tournai : chez Malo & Levasseur, septembre 1863, page 92)
    • N'aurait-il pas sa défense toute trouvée en disant qu'il ne peut être partout, et qu'il lui a suffi d'avoir guetté à droite, pendant qu'on malfaisait à gauche?... — (Eugène Muller, La forêt: son histoire, sa légende, sa vie, son rôle, ses habitants, Éditions P. Ducrocq, 1878, page 420)
    • Le refus est véhément : que le médecin ne pense même pas à introduire des étrangetés dans son corps. À l'inverse, qu'il lui enlève excès et excroissances, poisons qui malfaisaient sa bile. — (Mia Couto, Poisons de Dieu, remèdes du Diable, traduit du portugais (Mozambique) par Elisabeth Monteiro Rodrigues, éd. Anne-Marie Métailié, 2012, chap. 15)

Notes[modifier le wikicode]

— Il est souvent réputé défectif, et ne s’utiliser qu’à l’infinitif et aux temps composés, avec le participe passé malfait.
— Le Dictionnaire usuel de tous les verbes français, tant réguliers qu'irréguliers, entièrement conjugués, tome 2 (F-Z), par MM. Bescherelle frères, Paris : chez Garnier frères, 1842, p. 267, donne une conjugaison complète.

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(c. 1160) Dérivé de faire avec le préfixe mal-.

Verbe [modifier le wikicode]

malfaire \Prononciation ?\

  1. Malfaire, faire du mal.
    • Item, se estranges nefs sont en ung port et sont robbees et malfaitz — (The Black Book of the Admiralty, T. Twiss, 1871. Édition de plusieurs textes anglo-normands des XIVe et XVe siècles)

Variantes[modifier le wikicode]

Dérivés dans d’autres langues[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]