minorité

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Vient du latin médiéval minoritas, lui même du latin minor. XVe siècle dans son sens juridique (minorité d'âge), XVIIIe siècle dans son sens politique (minorité de suffrages).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
minorité minorités
\mi.nɔ.ʁi.te\

minorité féminin

  1. Le petit nombre, par opposition à majorité.
    • L’acquiescence active ou passive d'un vaste nombre d’Allemands au nazisme, la facile soumission de tous, sauf d'une brave et infime minorité, sont des faits d'une profonde signification historique. — (E. L. Woodward, Les origines de la guerre, Oxford University Press, éd. 1944, p.25)
    • C'est ce qui permit à une minorité conquérante, politiquement et socialement dominante, de populations surtout chrétiennes, païennes et zoroastriennes, de consolider l'Islam et de soumettre rapidement les mondes sémitiques et iranien. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
    • La minorité des voix, des suffrages, des votants.
  2. (Spécialement) Partie la moins nombreuse d’une assemblée, qui combat certaines opinions, certaines mesures préférées par la partie la plus nombreuse.
    • Un député, un orateur de la minorité. — La minorité a gagné quelques voix.
    • Sans remonter à l’événement traumatique fondateur que furent les massacres de la Saint-Barthélemy, on rappellera que la minorité réformée fut l'objet, sous Louis XIV, d'un « mémoricide » sans précédent : […]. — (Chantal Bordes-Benayoun, Patrick Cabanel & Colette Zytnicki, Les musées protestants et juifs dans le midi de la France, dans Une histoire à soi: Figurations du passé et localités, sous la direction de Alban Bensa & Daniel Fabre, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015)
  3. État d’une personne mineure.
    • Le privilège de la minorité est de faire déclarer nuls tous les actes que le mineur a faits à son préjudice.
  4. (Histoire) (Absolument) Minorité des souverains ou temps qu’a duré cette minorité.
    • Pendant la minorité de Louis XIV. — Les minorités sont ordinairement des temps de troubles.

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]