professeur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIVe siècle) Du latin professor. À l’origine masculin, le mot est devenu épicène vers 1840. D’abord peu usité, le féminin s’est répandu à partir des années 1980[1]. En Suisse, le mot aurait repris le genre uniquement masculin parallèlement au développement de formes féminines Référence nécessaire.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
professeur professeurs
\pʁɔ.fɛ.sœʁ\
ou \pʁɔ.fe.sœʁ\
Un professeur

professeur \pʁɔ.fɛ.sœʁ\ ou \pʁɔ.fe.sœʁ\ masculin et féminin identiques. Note : Pour le sens féminin, l’accord se fait aussi bien au masculin qu’au féminin (pour une femme, on peut dire le professeur ou la professeur). La féminisation existe : professeure, professeuse, professoresse, ces deux derniers mots étant très rarement employés[2] ; professeure est considéré comme un barbarisme par l’Académie française[3].

  1. (Éducation) (Génériquement) Personne qui enseigne une science ou un art.
    • L’abondante littérature idyllique des professeurs de rhétorique est évidemment une pure vanité. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chapitre VII, La morale des producteurs, 1908, page 363)
    • La professeur jouait le rôle de mère, de guide, d’avocate, et en même temps elle devait s’occuper des élèves qui lui demandaient en bafouillant à qui ils devaient s’adresser pour avoir un permis de conduire ou comment obtenir un prêt pour acheter un téléviseur. — (Carlos Liscano, La Route d’Ithaque, traduit de l’espagnol uruguayen par Jean-Marie Saint-Lu, Belfond, 2012)
    • Elle demanda ensuite à la jeune fille si elle était du coin. — Oh pour ça, oui ! J’ai passé les vingt petites années de ma vie à Waikiki beach, dont les quinze dernières à faire du surf. Je suis d’ailleurs professeur de surf [...]. — (Houda Khattabi, Le Retour de Nataryia, Saint-Denis, Société des Écrivains, 2010, page 66)
    1. (Enseignement) Personne qui enseigne dans l’enseignement secondaire, à savoir le collège et le lycée.
      • Une fois, par exemple, Guido a proposé à la professeur de latin de nous faire lire des livres entiers au lieu des habituels extraits bourrés de problèmes grammaticaux, pour que nous prenions un minimum de plaisir au travail de traduction. — (Andrea De carlo, Deux sur deux, Paris, HC éditions, 2018)
      • Professeur de philosophie, de mathématiques.
    2. (Enseignement supérieur) Personne titulaire d’une chaire en Université, ou grandes écoles.
      • Lorsque le célèbre professeur prononce la brochette de mots « maladie orpheline, incurable, pour l'instant, et pas mortelle », j'ai l'impression qu'il fait un exposé à ses étudiants sans penser à l'impact de ses paroles sur l'être humain qui lui fait face. — (Sophie Bennarosh, Maladie de Lyme, empoisonnement aux métaux lourds : Non, ce n'est pas dans ma tête ..., ni dans la vôtre, Éditions Leduc.s, 2017, page 29)
      • Je tiens à remercier Madame le Professeur Maryse BAUDREZ et Monsieur le doyen, le professeur Thierry DI MANNO, pour leur aide, ainsi que leur soutien. — (Khair Al Deen Kadhim OBBED, Les Effets de l’Internet sur les règles de conflit de compétence internationale, université de Toulon, 28 juin 2016, page 3, consulté le 8 juillet 2018)
  2. Titre obtenu à l’issue d’un cursus universitaire, permettant d’encadrer des recherches académiques et universitaires.
    • Le professeur Léon Schwartzenberg vient d’annoncer que le célèbre imitateur souffre d’un cancer des voies respiratoires et que le traitement chimiothérapique l’oblige à annuler son spectacle au palais des Congrès, qui devait débuter la semaine prochaine à guichets fermés. — (Chronique du 21 octobre, Éditions Chronique, 2013)
  3. Personne qui professe une doctrine.

Notes[modifier le wikicode]

La féminisation des noms de métiers est un sujet débattu dans la francophonie :
  • En Belgique, le gouvernement de la Communauté francophone (Fédération Wallonie-Bruxelles) a publié un arrêté établissant les règles de féminisation[4]. Un guide de féminisation publié par la Communauté française (Fédération Wallonie-Bruxelles) existe également[5] ;
  • En France, le Gouvernement considère que la féminisation des noms de métiers doit être encouragée dans les administrations et établissements publics depuis 1986[6]. De son côté l’Académie française, condamne la plupart de ces féminisations et ne recommande pas leur utilisation[7][8] ;
  • Au Québec, l’Office québécois de la langue française encourage l’utilisation de forme féminine pour les noms de métiers[9] ;
  • En Suisse, le canton de Genève a voté un règlement en faveur de l’usage des formes féminines des noms de métiers[10].

Quasi-synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]