rez-de-chaussée

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) Mot composé de rez, de et chaussée.

Nom commun[modifier]

Invariable
rez-de-chaussée
\ʁed.ʃo.se\
ou \ʁɛd.ʃo.se\

rez-de-chaussée \ʁed.ʃo.se\ ou \ʁɛd.ʃo.se\ ou \ʁet.ʃo.se\ ou \ʁɛt.ʃo.se\ masculin invariable

  1. (Vieilli) (Désuet) Niveau du terrain.
    • Le mur n’était encore qu’au rez-de-chaussée, qu’à rez-de-chaussée.
  2. (Architecture) Étage d’un bâtiment, au niveau du terrain.
    • En effet, sous la direction du caporal Joliffe, le grand salon du rez-de-chaussée s’était transformé. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 1873)
    • Le rez-de-chaussée se compose d’un joli salon, d’une salle à manger, séparés par le palier d’un escalier en bois dont le dessin et les ornements sont d’une élégante simplicité. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Le rez-de-chaussée du corps de logis principal se composait de trois pièces. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
    • Prenait-on le rez-de-chaussée d’une tour, les étages supérieurs conservaient les moyens de reprendre l’offensive et d’écraser l’ennemi. On voit que tout était calculé pour une lutte possible pied à pied. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  3. (Journalisme) (Vieilli) Feuilleton, article imprimé en bas de page.
    • L’idée de génie, je pense, c’est d’avoir publié, en deuxième page, au rez-de-chaussée, un extrait d’Octave Mirbeau, puisé dans Les affaires sont les affaires. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 172)
Note[modifier]
Ce terme ne s’emploie que pour des bâtiments comprenant plusieurs étages, on parle sinon de bâtiment de plain-pied.

Abréviations[modifier]

Antonymes[modifier]

Hyperonymes[modifier]

Holonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]