terrain

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Terrain

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Variante de terrein. Du latin populaire *terranum, issu par substitution de suffixe du latin terrenum, de même sens ; de l’adjectif terrenus.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
terrain terrains
\tɛ.ʁɛ̃\
ou \te.ʁɛ̃\

terrain \tɛ.ʁɛ̃\ ou \te.ʁɛ̃\ masculin

  1. Espace de terre, considéré soit par rapport à quelque ouvrage qu’on y fait ou qu’on pourrait y faire, soit par rapport à quelque action qui s’y passe.
    • Tout ce monde achète, vend, brocante. Des prélats spéculent sur les terrains et les constructions, des lazaristes sur les agences de recrutement militaire, etc., etc. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, note bas de page 256)
    • 8 mars. — Il a plu sans interruption depuis près de vingt heures, et le terrain où nous campons est complètement détrempé. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 138)
    • Les assiégés disputèrent longtemps le terrain.
    • On envoya une patrouille pour reconnaître le terrain.
    • Aller sur le terrain se dit des duellistes entre lesquels une rencontre a été décidée.
    • Ménager le terrain, Employer utilement le peu d’espace de terre qu’on a.
    • Il a bâti une maison et a bien ménagé le peu de terrain qu’il avait.
  2. (Équitation) Piste qu’on suit dans le manège.
    • Ce cheval embrasse bien le terrain.
  3. Terre, sol considéré par rapport à sa nature, à sa composition, à sa forme.
    • Le terrain est mou, est dur.
    • Ce terrain est inégal, il est en pente.
    • Cet arbre veut un terrain humide, un terrain sec, un terrain léger.
    • Un terrain sablonneux, argileux.
    • Un terrain fertile.
    • Bâtir sur un mauvais terrain.
    • Défoncer un terrain.
    • Prenez garde, le terrain est glissant.
  4. (Géologie) Ensemble de différentes couches de terre par rapport à leur ancienneté et à leur nature.
    • Terrain primitif.
    • terrain secondaire.
    • terrain jurassique, crétacé.
    • terrain d’alluvion.
  5. (Peinture) Ensemble des parties d’un paysage qui représentent la terre nue ou seulement revêtue d’herbes.
    • Des terrains bien disposés, bien rendus.
  6. (Figuré) Ensemble de facteurs propices ou néfastes à quelque chose.
    • La caserne est l’école de toutes les aberrations. Elle est également le terrain le plus propice à l’éclosion des révoltes. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 28)
    • L’endocrinologie et l’immunologie par exemple insistent sur une approche systémique : l'accent n'est pas mis sur l’agent causal des maladies, mais sur les capacités du corps à répondre à ces agents, ce que les médecins français appellent le « terrain ». — (L'homéopathie une pratique à histoires : Un temps fort : La crise des années trente, La Recherche, n°310, juin 1998, p.70)

Variantes orthographiques[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Anglais[modifier]

Étymologie[modifier]

Du français terrain, venant du latin terrenum.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
terrain
\tə.ˈɹeɪn\
terrains
\tə.ˈɹeɪnz\

terrain \tə.ˈɹeɪn\

  1. Terrain.

Interjection [modifier]

terrain \tə.ˈɹeɪn\

  1. (Aéronautique) « Terrain! terrain!,... » (répété indéfiniment) — Sur les avions de ligne modernes, message d’alerte diffusé par les haut-parleurs du poste de pilotage et déclenché automatiquement par le GPWS, qui avertit les pilotes quand l’appareil est descendu beaucoup trop bas (risque de crash imminent).

Variantes[modifier]

Anagrammes[modifier]