terrein

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

→ voir terrain.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
terrein terreins
\tɛ.ʁɛ̃\

terrein \tɛ.ʁɛ̃\ masculin

  1. (Désuet) Ancienne orthographe de terrain.
    • Quand le terrein où l’on s'établit est un peu défriché, on n’en voit plus du tout. — (Jacques-Christophe Valmont de Bomare, Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle, 1764, tome III, p. 218)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin terrein
\tɛ.ʁɛ̃\

terreins
\tɛ.ʁɛ̃\
Féminin terreine
\tɛ.ʁɛn\
terreines
\tɛ.ʁɛn\

terrein \tɛ.ʁɛ̃\

  1. Se dit de sable extrait d'une carrière terrestre, par opposition au sable de rivière ou au sable marin.
    • Le sable terrein ne consomme ordinairement qu'un quart de chaux, au lieu qu'il en faut un tiers à celui de rivière; mais l'ouvrage en est bien meilleur. — (Louis Liger, ‎de La Bretonnerie, La nouvelle maison rustique, Éd. Sanson, Paris 1790)

Notes[modifier le wikicode]

  • Pas d'attestation trouvée au féminin. Apparemment l'adjectif ne s'applique qu'au sable.

Anagrammes[modifier le wikicode]

Néerlandais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

Nombre Singulier Pluriel
Nom terrein terreinen
Diminutif terreintje terreintjes

terrein \tə.ɾɛjn\ neutre

  1. Terrainbâtir).
  2. Parcelle (de zone industrielle).

Taux de reconnaissance[modifier le wikicode]

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 99,6 % des Flamands,
  • 99,7 % des Néerlandais.

Prononciation[modifier le wikicode]

  • (Région à préciser) : écouter « terrein [tə.ɾɛjn] »

Références[modifier le wikicode]

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]