secte

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : sečte

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin secta (« ligne de conduite ; école philosophique, parti politique, secte religieuse »).

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
secte sectes
\sɛkt\

secte \sɛkt\ féminin

  1. Ensemble de personnes professant une même doctrine religieuse, philosophique ou autre.
    • La secte d’Épicure.
    • La secte des stoïciens.
    • Toute secte, en quelque genre que ce puisse être, est le ralliement du doute et de l'erreur. [...] Il n'y a point de secte en géométrie ; on ne dit point un euclidien, un archimédien. Quand la vérité est évidente, il est impossible qu'il s'élève des partis et des factions. — (Voltaire, Dictionnaire philosophique, 1765)
  2. Groupe dissident minoritaire, clos sur lui-même et créé en opposition à des pratiques religieuses dominantes.
    • Ainsi, ceux qui s’étaient séparés de l’Église romaine appartenaient déjà à deux sectes très distinctes : les uns au luthéranisme, les autres au zwinglianisme, précurseur du calvinisme. — (Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, Vol. 6, 1858, p. 158)
    • Ce village, […], avait déjà, […], acquis toute l’importance d’une ville. Deux tavernes regorgeaient de buveurs, trois temples de sectes différentes servaient à réunir les fidèles. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Chez les peuples protestants, il y a d’autant plus d’ardeur morale que l’Église établie est plus fortement battue en brèche par des sectes dissidentes. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VI, La moralité de la violence, 1908, p. 301)
    • L’éclosion des sectes dissidentes au sein du christianisme n’a donc fait qu’aiguiser les passions anti-juives de l’Église. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • La renaissance d’un certain patriotisme de clocher se traduisit par la prolifération des sectes manichéennes et millénaristes. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
  3. Groupe religieux ou autre dont la visée est d’exploiter ses adeptes au profit d’un ou plusieurs gourous.

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]