soupçonner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Dénominal de soupçon.

Verbe[modifier]

soupçonner \sup.sɔ.ne\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Avoir, concernant quelqu’un ou quelque chose, une opinion, une présomption désavantageuse, mais incertaine et mêlée de doute.
    • Je le soupçonne de m’avoir desservi auprès de vous.
    • Il est fortement, violemment soupçonné d’avoir trempé dans ce crime.
    • Soupçonner sans fondement, sans cause, sans raison.
    • J'avais toujours soupçonné les géographes de ne savoir ce qu'ils disent lorsqu'ils placent le champ de bataille de Munda dans le pays des Bastuli-Poeni, près de la moderne Monda, à quelque deux lieues au nord de Marbella. (Prosper Mérimée, Carmen, 1845 (Pocket, 1990, p. 29))
    • Plus la lutte contre les schismatiques s'aggrave, plus l'Église s'acharne contre les juifs, qu'elle soupçonne d'être de connivence avec les hérétiques. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. Former une simple conjecture.
    • Depuis longtemps déjà il soupçonnait la chose, car de l’apprendre en confession il n’y fallait guère compter ; à partir de quinze ou seize ans tous s’émancipaient et se dispensaient de cette corvée ennuyeuse. (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Je soupçonne qu’il est l’auteur de cette lettre anonyme. — Je n’ai pas la preuve de son intervention, mais je la soupçonne.
  3. (Familier) Avoir une idée, une prescience, de ce qui adviendra.
    • Bien peu soupçonnaient ce que le monorail de Brennan allait faire pour la sécurité des transports et jusqu’à quel point il allait métamorphoser la face du monde. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 19 de l’éd. de 1921)
    • Leur comptabilité impitoyable ne fait pas grâce d'un centime, et les mystères de l’anatocisme ont bien vite fait doubler la dette du nhaqué, sans qu'il puisse en soupçonner le mécanisme. (L'Asie française, Comité de l'Asie française, 1913, vol.13-14, p.113)

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Références[modifier]